11 novembre 2008

Manuel Peyrondet, Meilleur sommelier de France 2008

Le jeune Bourguignon Manuel Peyrondet (28 ans), sommelier chez "Taillevent", a été désigné ce lundi à Perpignan Meilleur sommelier de France. Déjà finaliste en 2006, il a pour dauphine et dauphins Pascaline Lepeltier, Hervé Schmitt et Antoine Petrus.
Peyrondet succède à Pascal Léonetti, de l'Auberge de l'Ill à Illhaeusern.

 

image_48454162

Michel Peyrondet

11:38 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

09 novembre 2008

La France est prête à se tirer une nouvelle balle dans le pied

La chronique dominicale de notre ami Eric Boschman traite aujourd'hui du nouveau projet "vinicide" des pouvoirs publics français...

Si l'actuel projet de loi «Hôpital, patients, santé et territoires» est adopté, en France, ça risque à nouveau de faire de gros dégâts dans le monde du vin! La nouvelle législation vise en effet à interdire, entre autres, l'offre gratuite de produits alcoolisés dans un but promotionnel, et donc notamment la dégustation dans les caveaux ou sur des foires commerciales.

C’est quand même un peu de plus en plus n’importe quoi en matière de protection/répression là-bas. Je ne veux pas me mêler des problèmes des autres, mais là, on commence à jouer avec les choses de la vie des gens. A force de faire du populisme à bon compte sur le dos du pinard, un des plus gros contributeurs du commerce français est en train de se faire mal.

Imaginez simplement que la France reçoit plus ou moins trente huit millions de touristes chaque année, plus de quatre-vingts millions d’arrivées, c’est la première destination mondiale pour les touristes. 834 millions de nuitées et 894.000 emplois générés directement, imaginez que plus de quatre-vingt pour cent de ces visiteurs viennent presque principalement pour boire et manger. Ces gens vont-ils simplement encore venir si l’on continue à diaboliser le vin comme on est en train de le faire en ce moment chez nos voisins.

Le phénomène n’a rien de nouveau, Chaban-Delmas avait déjà fait campagne, il y a quelques décennies en tournant le dos au pinard. Chirac buvait surtout de la Corona à la bouteille et son successeur ne boirait pas, à ce que prétend la rumeur. On prétend même qu’à l’Elysée, on ne servirait plus de vin, ni même de fromage, lors des repas ministériels. Si la chose était avérée, ce serait quand même navrant, non? D’autant que chez nous, même si on ne rigole pas tous les jours, on aurait quand même quelques belles préférences. Notre ex-premier ne faisait pas mystère de son amour pour la Toscane et ses produits, pas un repas, une réunion sans vins de là-bas. Notre actuel premier, est un peu moins disert en la matière, mais quelques cabinets peuvent s’enorgueillir de faire travailler de grands chefs et de proposer quelques beaux crus régulièrement.

Allez, soyez contents mes amis, encore une belle raison d’être heureux de vivre chez nous, le vin est toujours en vente libre, on peut en parler sans risquer de finir au tribunal, je peux même régulièrement faire l’apologie de ce merveilleux produit sans être hors la loi. C’est le bonheur quoi!

Eric Boschman

11:22 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |