15 avril 2009

Alcool & cancer: Femme Actuelle fait la part des choses

Contrairement à Sciences & Avenir, pour qui les élucubrations de l'Institut National du Cancer (INCa) sont les nouvelles tables de la Loi, nos consoeurs de Femme Actuelle, qui consacrent un article à la polémique Alcool & Cancer, ont pris le temps de s'informer.

Elles laissent même la parole à des médecins qui contredisent la pseudo-étude par laquelle le scandale est arrivé - c'est à dire, la plupart du corps médical!

Seule Raphaelle Ancellin, nutritionniste appointée par l'INCa, ose affirmer, je cite, "que le risque augmente à partir d'un verre par jour". Mais comme ele est payée pour le dire, le risque qu'elle se trompe augmente chaque mois.

Du côté de la défense (raisonnable) de l'alcool, et notamment du vin, ont déposé: David Khayat (ex-président de l'INCa), Alain Ducardonnet (Cardiologue et consultant sur LCI), Michel Dib (Neurologue) et Jacques Fricker (Médecin nutritionniste). Citons ce dernier: "A petites doses, le vin prolonge plutôt la vie".

Ah, les braves gens! Et la brave rédactrice-en-chef - Muriel Picard, pour ne pas la nommer! On aurait envie de les embrasser, tiens. C'est si beau, des journalistes et des médecins qui font leur travail d'information.

Ne rêvons pas, les prohibitionnistes ne désarmeront pas: ils ont ça dans le sang (à défaut d'alcool). Mais au moins, on sait qu'on n'est pas obligés de les croire.

18:34 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

13 avril 2009

Vin : même le mot fait peur, en France

Lu sur le blog de l'APV, ce petit post de Barthé, pas piqué des vers:

"D’Onivins à Viniflhor, de Viniflhor à FranceAgriMer, apparemment le bon peuple de France n’y voit que du feu. Et pourtant de la part des gouvernants, rien n’est innocent. Certes, on regroupe, on recentre, on évite ( souhaitons-le, en tout cas) des frais de structures; mais en même temps on télescope, on raye de la carte, on oublie (qui sait?) l’activité la plus représentative et en même temps la plus lucrative de notre agriculture. Jusqu’au mot «vin» qui semble-t-il fait peur.

L’ancien directeur de l’agriculture en Aquitaine, Fabien Bova, qui sait donc mieux que quiconque ce que viticulture veut dire, vient d’être nommé à la tête des 5 offices dont l’ex-Viniflhor, que constitue désormais FranceAgriMer. Saura-t-il, pourra-t-il, pour autant remettre le vin à l’honneur ? On verra. Mais pour le moment, c’est un fait, le mot «vin» a disparu des bons offices de la République."

Barthélémy

 

Seul petit avantage à court terme du changement: j'avais toutes les peines du monde à orthographier Viniflhlor - ou était-ce Vinifhlor? Ce n'est plus un problème.

HL

07:56 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |