04 septembre 2009

Nouvelle victoire face aux oenophobes français

Après le retrait de la brochure de l'Institut National Contre le Cancer stipulant que « le risque de cancer s’accroît dès le premier verre d’alcool », l'association Honneur du Vin vient de remporter une deuxième victoire face aux oenophobes de tout poil, qui comptaient faire sur-taxer le vin dans la loi de finances 2010.

Jean-Charles Tastavy, son président , rend à César ce qui lui appartient: "C’est grâce à Patricia Picard, secrétaire de l’Association « Les 4 vérités du vin » et à Fabrice Delorme, son président, que l’Association a été alertée sur le projet de Plan Cancer 2009-2013. Après analyse, Jean Clavel, cheville ouvrière de l’Association, a aussitôt vu un lien entre les «Recommandations au Président de la République concernant le Plan Cancer» du Pr Grünfeld et le buzz organisé depuis la présentation par l’INCa lors d’une conférence de presse de la fameuse brochure sus-mentionnée. L’"Honneur du vin" a alerté ses partenaires parmi lesquels "Vin & Société"  et ses adhérents, comme Jérôme Despey président national du conseil spécialisé de FranceAgriMer pour les productions de vins et produits assimiiés. Conscients du danger, ils ont immédiatement agi. L’enjeu n’était pas mince, une sur-taxation du vin semblait être envisagée pour 2010 !

Fin août, la bonne nouvelle tombait via Marie-Christine Tarby, la présidente de Vin & Société, qui informait l’Association que le projet de loi de finance 2010 ne comportait pas de sur-fiscalité (source cabinet du Premier Ministre);  Jérôme Despey, quant à lui, assurait que le projet de sur-taxation du vin avait été abandonné (source Ministère de l’Agriculture). Abandonné …ce qui signifie bien qu’il avait été envisagé !

«L’Honneur du Vin» ne va pas baisser la garde pour autant. Une nouvelle bataille a été gagnée, mais pas la guerre ! Le plan Cancer, toujours pas annoncé, concerne la période 2009-2013 et tout le monde sait que les aggravations fiscales sont très difficilement réversibles...

18:14 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Mon vigneron chez les riches

Selon les dernières estimations d'un magazine de gens fortunés dont la décence m'empêche de citer le titre, on peut être Français, faire du vin et être riche. Très riche, même. La preuve: Bernard Arnault, Pierre Castel, Patrick Ricard et Bernard Magrez, qui se classent parmi les 100 Français les plus riches du moment.

Un bémol: rares sont ceux qui ont fait leur fortune dans le vin. A l'inverse, on ne compte plus ceux pour qui cette "danseuse" a signifié quelques grosses ponctions dans leur joli magot.

Vous connaissez la blague: "Comment gagner un peu d'argent dans le vin? En perdant beaucoup d'argent". 

Heureusement, il y a l'image... Gentlemen-grower, ça pose un homme d'affaires, ça peut même lui donner un vernis de culture et de style. J'ai des noms.

Parallèlement, il y a pas mal de bons vignerons - même de célèbres - qui tirent la langue, ces temps-ci, et auxquels leur banque refuse des crédits. La Fontaine en aurait fait une belle fable...

La banque n'est pas préteuse, c'est là son moindre défaut.

A force d'investir dans des obligations pourries,

Pour faire à très court terme de plantureux profits,

Elle a perdu beaucoup d'euros.

Alors aux petits vignerons,

Elle ne prête plus un rond.

 

 

 

09:32 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |