06 juillet 2009

Dites-le avec des bulles

Connaissez-vous Jaillance? Derrière cette jeune marque (née en 2001) se profile une cave beaucoup plus ancienne, la Cave coopérative de Die, fondée en 1950 par plus de 260 producteurs (80% des viticulteurs diois de l’époque). Cette année-là, leur production ne dépasse pas les 80.000 bouteilles. Elle est aujourd’hui de plus de 7 millions de bouteilles, rien que pour le site de Die.


Le succès aidant, la structure grandit; la cave adapte son outil et ses équipes commerciales pour pouvoir fournir un créneau de vente en pleine explosion: la grande distribution, qui exige à la fois des normes de qualité et des marques fortes: en libre-service, une marque doit se vendre par elle-même. C’est une des réflexions qui sous-tendent la création de Jaillance, marque-ombrelle d’une gamme en pleine diversification. Jaillance reflète la volonté du groupe de s’affirmer comme leader français des vins effervescents AOC (hors Champagne). Pas évident, car il faut bien sûr s'appuyer sur des partenaires. En Crémant de Bordeaux, par exemple, je ne suis pas tout à fait convaincu. Mais je confesse volontiers une ceratine méfiance vis-à-vis de cette appellation.

Parallèlement, Jaillance est engagé depuis 20 ans dans une démarche d’agriculture biologique: aujourd’hui, les vignes cultivées en agriculture biologique représentent 10% du vignoble de l’entreprise, contre une moyenne nationale de 1,9%. L’objectif est de passer à 20% des surfaces dans les 5 ans à venir. Par ailleurs, Jaillance pratique une «agriculture raisonnable» sur le reste du vignoble grâce à une charte interne inspirée de la norme ISO 14001 et du référentiel de l’agriculture raisonnée. 

Qualitativement, Jaillance a quelques réussites à faire valoir, au moins en Clairette et en Crémant de Die. Le public belge sera sans doute intéressé d’apprendre que la Clairette de Die Tradition vient ainsi d’obtenir une Médaille d'Or au Concours Mondial de Bruxelles 2009.

Mon commentaire: Eau de rose, musc, fruits exotiques et poire confite au nez. Bouche légère, avec des arômes d'acacia, de miel d'ambre gris et de tilleul. Avec ses 7% d'alcool, ses arômes exhubérants et son sucre résiduel, cette Clairette se prêtera à bien des gourmandises, notamment chocolatées.


Jaillance

 

00:21 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

05 juillet 2009

Intolérance au vin

C'est le journaliste du Figaro Georges Malbrunot qui le rapporte, et notre consoeur Catherine Bernard de Vitisphère qui nous le relate: début mai, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki était en visite officielle en France. Un déjeuner était prévu à l’Elysée. Mais quand al-Maliki a constaté que du vin allait être servi, il a exigé que «l’alcool impie» soit retiré de la table. "Pas question", lui ont répondu les Français - personne ne l'obligeait d'en boire, après tout, et les hôtes, c'étaient eux. Comme Maliki ne voulait pas en démordre (c'est un chi'ite version rigoriste), le déjeuner a été tout simplement annulé.

Le vin, vecteur de tolérance?  Oui, la preuve est là, par l'absurde: non seulement les intolérants le rejetent  pour eux mêmes, mais ils voudraient aussi en dégoûter les autres! Toute ressemblance avec les ligues anti-alcooliques ne sont pas fortuites. Les dirigeants de l'ANPAA seraient-ils chi'ites intégristes?

22:51 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |