12 septembre 2010

Couche d'Ausone

Lu sur le site de Terres de Vins (où je n'arrive toujours pas à m'inscrire pour commenter les articles), un joli petit article à propos d'un film qui se tourne à Saint Emilion. C'est ici. Décidément, le vin redevient  à la mode, on ne s'en plaindra pas.

Mais un passage m 'a fait sourire, à propos d'un des acteurs du film, Lorànt Deutsch. Celui-ci, présenté comme fin connaisseur du Bordelais déclare: «J'ai déjà visité plusieurs châteaux de la région grâce à un précédent film où je jouais avec Frédéric Diefenthal. Ensemble, nous avons même dégusté certains millésimes du château Auzone à Saint-Emilion.»

Il est sans doute connaisseur, M. Deutsch, mais il ne faut pas confondre Ausone, poète latin qui n'inquiète plus grand monde, et Ozone, dont l'épaisseur de la couche, par contre, nous préoccupe régulièrement.

Mais que celui qui n'a jamais fait de fôte lance la première caillasse calcaire à nos confrères...

 


21:18 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Pour rire | Tags : cinéma, ausone, ozone, terre de vins, vin, vignoble | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Faire-part

Tous les amis du Jaune, du Comté, du Morbier et autres délices du Jurassique Parc sont heureux de vous faire part de la naissance du petit Jésus... de Morteau. Ou plutôt, de l'IGP Jésus de Morteau, selon la nomenclature européenne.

Mais référons-nous au texte officiel de l'INAO:

"Le règlement européen enregistrant l’Indication Géographique Protégée «Saucisse de Morteau ou Jésus de Morteau» a été publié au Journal Officiel de l’Union Européenne du 21 août 2010.

La saucisse ou "jésus" de Morteau est une saucisse droite de forme cylindrique élaborée à base de viande de porc. Les porcs utilisés pour la fabrication de la saucisse ou jésus de Morteau, sont des porcs nourris au petit lait.

Le fumage de la saucisse ou jésus de Morteau lui donne une couleur typiquement ambrée. L’arôme de fumée est une des principales caractéristiques de la saucisse ou jésus de Morteau, obtenu notamment par la lenteur de son fumage réalisé à partir de bois de résineux. Historiquement, la saucisse ou jésus de Morteau est fumée dans de vastes et hauts fumoirs appelés «thués».

photo.php.jpegA Morteau, et nulle part ailleurs...

La texture de la saucisse ou jésus de Morteau se caractérise par son moelleux et sa souplesse. En bouche, le produit ne doit ni être dur ni caoutchouteux, mais ferme et juteux.

 La zone de production s’étend sur les quatre départements constituant la région de Franche-Comté: le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort. Cette aire géographique correspond à la zone de savoir-faire traditionnel d’élaboration et de fumage de la saucisse ou jésus de Morteau. 

 A partir du début du XXème siècle, la production porcine de la zone s’est développée du fait de l’augmentation des quantités de lait et donc de petit lait disponible. Les porcs produits, jusqu’alors destinés uniquement à une consommation familiale, ont pu alimenter le marché, d’abord des bouchers et charcutiers locaux, avant de concerner le marché régional."

 En 2009, on comptait 31 fabricants et 60.000 porcs élevés au petit lait, pour une production de 4.077 tonnes de saucisse de Morteau.

Des gens qui ont la religion... du travail bien fait.


 

   


 

00:01 Écrit par Hervé Lalau dans France, Gastronomie, Jura | Tags : jésus, morteau, jura, saucisse, igp | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |