30 novembre 2009

Alliés objectifs pour la protection du climat

Lors de leur salon annuel, qui se tient depuis jeudi à Paris, les Vignerons Indépendants de France ont annoncé avoir signé la pétition "Ultimatum Climatique" lancée par plusieurs associations de protection de l'environnement dont Greenpeace. Un rapprochement assez surprenant, mais que salue le directeur de Greenpeace France, Pascal Husting: ''On n'a plus que 4 ou 5 ans pour inverser la tendance des émissions de gaz à effet de serre, il faut donc mettre de côté nos différents notamment sur la question des phytosanitaires''. Et Michel Issaly, le président des Vignerons Indépendants, de renchérir: ''C'est aussi l'occasion de sensibiliser nos vignerons et de leur faire prendre conscience de la menace''. Il parlait bien sûr de la menace climatique, pas de la menace chimique.

Un premier pas vers une véritable conscience verte au sein de la base vigneronne?

 

Gpi-logo-rgb_green-large

07:17 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

25 novembre 2009

France: baisse sensible des exportations pour la campagne 2008-2009

Rien de neuf (on ne pouvait pas s'attendre à un renversement de rendance en quelques semaines): les exportations de vin français ont enregistré une forte baisse lors de la campagne 2008-2009: -12% en volume, à 12,7 millions d'hectolitres, et surtout -18% en valeur, à 5,8 milliards d'euros, selon France Agrimer.

Une simple comparaison entre ces deux chiffres montre par ailleurs que le prix moyen des exportation en en baisse - les catégories de vin les plus basses en terme de prix, à savoir vins de table (et de vins de pays (IGP) sont celles qui baissent le moins (-7% en volume à 6,4 millions d'hectolitres) et de -1% en valeur à 1 milliard d'euros.

Les AOP- (AOC +VDQS), par contre, voient leurs exportations reculter de  16% en volume, à 5,5 millions d'hectolitres) et de 18% en valeur, à 2,9 milliards d'euros.

A noter aussi la forte baisse des exportations d'effervescents (-18% en volume à 1,3
million d'hectolitres) et -25% en valeur, à 1,9 milliard d'euros).

Un phénomène particulièrement inquiétant quand on songe que les vins à bulles ont le vent en poupe un peu partout dans le monde, et que Cava et Prosecco, notamment, voient leurs ventes augmenter.   D'un côté, les Champagnes sont jugés trop chers; et de l'autre, les autres effervescents français, qui accusent un fort déficit d'image face à leur grand rival hexagonal, manquent de crédibilité sur les grands marchés extérieurs.

L'Union européenne représente 69,7% des exportations françaises de vin, soit 8,8 millions d'hectolitres (-14,6%).

13:30 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |