15 décembre 2009

Sévère, Monsieur Septime, avec la RVF...

"Monsieur Septime" (www.mistelle.fr) allume le dernier numéro de la RVF et son dossier "Pesticides", jugé peu représentatif:

"La Revue du Vin de France dans sa dernière livrée (numéro de décembre «spécial Champagne») nous propose un dossier sur les pesticides dans le vin. L'article repose sur l'analyse de 4 vins. C'est tellement consensuel que cela prête à sourire. En effet les quatre vins sélectionnés ne sont pas les vins du tout venant; le prix moyen à la bouteille avoisinant les 35€.

RVF

Le numéro en question

 

Les vins retenus :

- Château Pibarnon (Bandol) 2004: 25/30 €,
- Domaine Zind Humbrecht (Alsace GC Gewurztraminer Goldert) 2004: 35€,
- Bouchard Père & Fils (Volnay 1er Cru Les Caillerets) 2004: 35/40 €,
- Château Canon (St Emilion GC) 2004: 50€.

La conclusion de l'étude n'étonnera personne: le domaine Zind Humbrecht en biodynamie est qualifié de "pur" et les autres domaines, à l'exception de Château Canon, ont des traces raisonnables de pesticides. Château Canon a connu une année difficile en 2004, d'où une surutilisation des fongicides.

Au prix des bouteilles, on ne sera pas trop surpris des résultats de l'analyse. A plus de 30€ la bouteille on peut raisonnablement penser qu'il y a du travail à la vigne limitant de fait l'utilisation des pesticides.

La grande distribution représente 80% du marché du vin et les 4 cuvées analysées sont introuvables dans ce circuit. La pertinence aurait été peut être de faire des analyses sur le Champagne à 10€ qui défraie la chronique actuellement ou le Bordeaux 2007 d'un grand distributeur à 3€30 la bouteille, par exemple. Au moins, on aurait su si la présence de pesticides était inversement proportionnel au prix.

On notera tout de même : «Le taux de phtalimide dans le Château Canon est 3600 fois supérieur à la concentration maximale admissible de produits phytosanitaires dans l'eau du robinet.» et «phtalimide, une molécule provenant du Folpel. Employé pour lutter contre le mildiou, ce puissant fongicide est considéré comme cancérigène ».

La Revue du Vin de France (n°537), 180p pour 5€90."

On comprend après ça l'irritation de certains médias papier envers les blogueurs... Ces sacrés internautes ont le chic de gratter là où ça fait mal!

Plus d'info: http://www.mistelle.fr

00:06 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

14 décembre 2009

Je suis Franchouillard et je le reste

Je lisais hier matin sur le site du GJE un message dénonçant le côté franchouillard, "amélipoulinesque" du Beaujolais. Mon sang de bourbe n'a fait qu'un tour, et j'ai posté cette réponse cinglante et totalement déplacée.

"Moi j'aime bien le côté franchouillard, à tout prendre, ça me rassure. Je n'ai aucune aspiration à devenir Anglais, Allemand, Belge, Suisse, Chinois, Arabe ou Américain, ni à plaire à un quelconque tribunal des nations progressistes. Notre façon d'être, notre goût immodéré pour une tradition idéalisée, nos vins de plaisir, notre mauvaise foi et nos mauvaises manières font partie de nous. Honni soit qui mal y pense - tiens même les Rosbifs ont une devise française.

Et ce matin, j'ai envie d'être "premier degré". Alors vive le Calva, le Beaujolpif et l'aligoté!"

"Je suis  Rital et je le reste", chantait Barzotti. Et personne ne lui reprochait, que je sache. Moi je suis Franchouillard, ne vous en déplaise...

 

super-dupont

06:59 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |