14 juillet 2010

Jaillance m'étonne

Vous connaissez Jaillance, la marque ombrelle développée par la Cave de Die pour accueillir des bulles des quatre coins de l'Hexagone (qui en a six).

Je me demande si l'ombrelle n'est pas un peu trop large, aujourd'hui. Chez Carrefour, hier, je suis tombé sur une nouvelle référence Jaillance, un Chardonnay (sans plus de mention d'origine). Sauf que la contre-étiquette indique l'élaborateur, son partenaire bordelais.

Imaginez mon étonnement: Jaillance a choisi de mettre en avant un Chardonnay de Bordeaux, sans appellation, plutôt que son Chardonnay de Bourgogne, qui lui, pourrait être Crémant de Bourgogne.

A part le prix, je ne vois aucune raison à ce choix.

Notez que je n'ai jamais convaincu par les Crémants de Bordeaux, un complément de gamme des plus anecdotiques pour la production régionale, à mon humble avis, et qui n'aurait jamais du être accepté parmi les Crémants.

Ceux qui ne sont pas nés de la dernière bulle se rappellent peut-être que les Crémants se flattent d'accueillir des productions de tradition. Ce n'est manifestement pas le cas de la bulle bordelaise.

Mais c'est certainement là un combat d'arrière-garde de ma part: la mention Crémant est-elle importante, aujourd'hui, pour Jaillance?

10:37 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

09 juillet 2010

La comparaison qui tue

La directrice d'Anivin de France, Valérie Pajotin, vend bien sa nouvelle dénomination "Vins de France". Trop bien, peut-être: elle se flatte de ce que Vins de France va devenir le "Coca-Cola" des vins français. 

Bon, il s'agit pour elle de mettre en avant la régularité des vins - c'est vrai qu'avec Coca, on a rarement de surprise.

Mais c'est bête, moi, ce n'est pas la régularité que je recherche dans le vin.

Je connais même des marketteers chez Coca-Cola qui, dans le huis clos de leur domicile privé, préfèrent le vin, même irrégulier, aux produits maison. J'ai des noms.

"Ouvrez un Coca, ouvrez du bonheur", dit la pub... Je laisse leur bonheur aux big chiefs d'Atlanta,  ainsi qu'à leurs adeptes hexagonaux. Ce bonheur-là manque de relief.

Pauvre France, qui recourt à de telles comparaisons!

00:16 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |