20 septembre 2010

Je crains le pire

Mon copain Dominique Hutin m'informe du passage sur les antennes de  France Culture, ce matin même, d'une émission consacrée à l'histoire de l'alcool.

Le grand témoin étant le Professeur Dubois, co-auteur du rapport dit "des 5 Sages", à l'origine de la Loi Evin, je crains le pire. On risque d'avoir droit à un bon rappel de vaccin sur l'aliénation du peuple par la cuve et l'alambic à travers les âges, y compris les années actuelles.

Au fait, M. le Professeur, la Loi Evin, vous en êtes satisfait? La consommation de vin a bien baissé? Les jeunes générations s'en passent fort bien, à ce qu'il semble. Ah, ils se biturent avec d'autres produits, plus nocifs? Ils ont perdu tout sens de la mesure, sans parler de la modération? Evidemment, on peut difficilement prôner à la fois l'abstinence, diaboliser le produit, et informer sur la bonne façon de le consommer...

A vous de juger, voici le lien: http://www.franceculture.com/emission-la-fabrique-de-l-hi...

10:19 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

19 septembre 2010

Des mythes plein l’armoire

Image forte pour esprit faible, comme dirait mon ami Marc : Château Ausone 2009 est «offert» en primeur pour le prix du salaire minimum, 1300 euros.
Et alors? Personne n’est obligé d’acheter. Pas plus que les djeuns ne sont obligés de télécharger sur iTunes la Playlist des chansons préférées de Thierry Henry – vous savez, ce handballeur qui n’a pas joué ou presque en Afrique du Sud, avec les zéros fatigués de l’Equipe de Transe…

En plus, 2009 est un millésime du siècle. Le quatrième en 9 ans, pour être précis. Et le siècle ne fait que commencer!
La morale de l’histoire : il n’y a pas de prix prohibitifs, il y a juste des gens pour qui le prix ne compte pas.
Des gens désintéressés qui ne se préoccupent pas des détails matériels.
Comme cet avocat d’affaires qui s’était fait construire une piscine aux frais de son client, un groupe de vin. Prié de s’expliquer en justice, l’avocat  n’a pas nié les faits; il a juste déclaré qu’il n’avait aucun intérêt pour les détails matériels. Il est vrai qu’une nouvelle piscine, c’est un détail qui passe facilement inaperçu dans une propriété.

Alors faisons comme lui, désintéressons-nous du sordide. Ausone peut même en remettre une couche (ah ah !), je n'en achèterai ni plus ni moins.

Pour ceux qui s’intéressent vraiment au vin, et pas seulement aux mythes dans l’armoire, il y a tant de jolis petits crus, tant de découvertes à faire. J'espère y contribuer.

09:21 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Vins de tous pays | Tags : vin, vignoble, bordeaux, grand cru | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |