24 décembre 2010

Bordeaux Demain, le retour

Je cite à nouveau le Plan Bordeaux Demain (ben oui, c'est un peu mon "PDF de chevet", ces temps-ci)

"15 à 20% des vins de Bordeaux ne correspondent pas à un niveau de qualité cible en phase avec le positionnement de la marque".

Je ne sais pas vous, mais moi, je trouve ce chiffre un peu bas.

Ou bien c'est que j'ai une attente un peu trop forte, que je surestime "le positionnement de la marque".

Soyons concrets: une bouteille sur 5 seulement ne mériterait pas le label Bordeaux. Moi je dirais une sur 3. Comme pour les canelés. Il y a les trop mous, les trop brûlés, les trop secs. Et puis les bons.

Qui dit mieux?

00:22 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : vin, vignobles, bordeaux, canelés | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

22 décembre 2010

Pas de bulles en IGP de Loire

Le Journal du Vin publie cet entrefilet qui me laisse songeur: "Les producteurs de vins de pays du Val de Loire ont fait machine arrière, et ont finalement abandonné leur projet de mettre sur le marché des vins de pays effervescents, avec la mention Loire sur l’étiquette. Le projet avait fait beaucoup de bruit dans le vignoble ligérien, et avait notamment soulevé l’hostilité des vignerons d’appellation. Le syndicat des vins de pays a donc décidé de ne pas l’inscrire dans son cahier des charges, qui sera en vigueur pour les vendanges 2011."

A ma connaissance, il n'y a plus de vins de pays en France ni en Europe, juste des IGP et des AOC/AOP, ou bien des vins sans indication de provenance.

Si le Journal du vin fait allusion aux IGP du Val de Loire (dont la "raison sociale" reste à définir), je ne vois pas en quoi le fait qu'ils soient ou non effervescents change quoi que ce soit à leur provenance (l'IGP reconnaissant un territoire, pas un terroir, et ce territoire ayant démontré depuis des lustres qu'il était propice à la bulle).

Si leur syndicat (ODG?) s'oppose à ce qu'on inclue des effervescents dans leur cahier des charges au nom d'une concurrence possible avec les AOC de la région, je trouve ce scrupule bien curieux: pourquoi juste les effervescents? Et puis, se rogner ainsi volontairement les ailes n'est-il pas contraire à la philosophie du nouveau système européen qui prétendait libérer les vins hors AOC des contraintes qui pesaient sur eux, afin de les aider à concurrencer les pays tiers?

Vraiment, je ne vois aucune raison objective à ce revirement, mais plutôt la marque d'un marchandage entre opérateurs.

 

22:45 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : vin, terroir, territoire, igp, loire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |