28 octobre 2010

Sancerre: Bernard Fleuriet & Fils

Suite de mes aventures berrichonnes et nivernaises commencées le mois dernier avec Château Favray, à Pouilly.
Nous changeons de rive, nous voici à Sancerre, et puis précisément à Menetou-Ratel (ne pas confondre avec Menetou-Salon), chez les frères Fleuriet.

Fleuriet1.jpgLes frères Fleuriet

 

Il s’agit encore d’un domaine familial, développé peu à peu grâce à des rachats de vigne à des anciens vignerons qui ne trouvaient pas de successeurs. Aujourd’hui, Bernard Fleuriet & Fils représente 17 ha en AOC Sancerre et 3 en Menetou-Salon.

Les deux frères aux commandes, Benoît et Mathieu,  investissent pour l’avenir; ils viennent de se doter d’une nouvelle cuverie 100% béton. On parle de béton brut, pas de revêtu époxy ; le but, en effet, est de favoriser les micro-échanges à travers la paroi, pour aérer le vin sans devoir trop le soutirer et le pomper. Des essais sont également réalisés avec des "oeufs" en béton.
La maison s’est taillé une jolie petite notoriété pour ses rouges charpentés ; elle emploie volontiers le bois pour les assagir. Mais ce sont d'abord ses blancs qui m'ont séduit.

Trois cuvées de Sancerre permettent de bien réaliser le travail des deux frères en matière d’identification du terroir.

Sancerre blanc 2009 tradition
Très fruité, pêche abricot, belle acidité, un côté bien mûr aussi, presque gourmand; l’amertume finale relance l’intérêt du vin.

Sancerre Côte de Marloup 2009
La vigne est située sur Bué, avec une dominante de terres blanches.
Cela nous donne un vin au nez assez discret, plus floral que fruité, mais avec une bouche très tendue, un beau gras aussi.

Sancerre Cuvée La Baronne 2008
Vieilles vignes très bien exposées. Au nez, du coing, de la camomille, des fleurs blanches, tout un bouquet de senteurs fraîches ; en bouche, un surprenant attelage de raifort et de miel d’acacia; le vin est nerveux, mais plein. Beau potentiel. On l'aimerait sur des morilles, ou sur un Comté bien reposé, par exemple.

Fleuriet.jpgUne petite partie de la gamme

 

Autre très belle cuvée: La Vigne au Paul, un Menetou Salon blanc plein de sève et de gras, avec quelques notes minérales de bon aloi.

Bref, une maison sérieuse. Sans doute pas les cuvées les plus extrêmes de Sancerre, (silex & co) mais un style raffiné et une belle matière.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : vin, vignoble, loire, centre-loire, sancerre, menetou, fleuriet, dégustation | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

20 octobre 2010

Le Mas Noir Collection Grand Cru «Moelleux»

Vous prenez un terroir de galets roulés, dans les Grès de Montpellier. Des vieux grenaches, du cinsault et 10% de muscat. Vous laissez passeriller sur souche ou sur fil pendant trois semaines, et vous récoltez fin septembre par tris successifs. Vous ne comptez pas votre peine. Et vous ne cherchez pas le rendement. Surtout, vous ne mutez pas, vous ne filtrez pas.

Et qu’est-ce que vous obtenez ? 10.500 bouteilles d’une sorte d’OVNI viticole. Au nez, c’est super mûr, confit, plein de fruits secs, d’abricot, de figue, de kumquat. Mais en bouche, la douceur s’équilibre de tannins bien présents, et cela reste du vin, presque élégant sous les vagues fruitées qui évoquent presque le porto.

Bref, c'est la Collection Grand Cru du Mas Noir, une bouteille dégustée voici quelques semaines chez IVV.

Comme c'était à l'aveugle, on a pas mal déliré sur l'origine et les cépages - on devinait bien que c'était sudiste. Mais pour le reste! Ça existe, des trucs pareils? Enfin, de guerre lasse, on a enlevé la chaussette noire de la bouteille, et on s'est tous regardés.

C'est pas tout les jours qu'on voit un OVNI. Alors en boire, vous pensez...

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : vin, vignoble, languedoc, ovni, dégustation, moelleux, mas noir | Lien permanent | Commentaires (15) | | | |