05 novembre 2010

En direct du Poitou

A Marigny-Brizay, au coeur du Poitou (tiens, on dirait du Wiliam Sheller), Frédéric Brochet a entrepris de rendre à un vieux terroir viticole ses lettres de noblesse – en culture biologique, bien sûr, car c’est un fondu de l’écosystème. Homme de savoir (il a fait l’Ecole Normale Supérieure), il est devenu homme de vins (il est Docteur en Oenologie). Ses gammes se répartissent en trois lignes de vins: Sa gamme s’articule entre trois grandes lignes: Brochet (les vins d’auteur), Ampelidea (les grands vins.), et Marigny-Neuf (les vins «Premium», comme on dit en Australie où Frédéric a fait un stage lors de ses études d’oenologie).

marigny_neuf_sauvignon_blanc_2005__50326_zoom.jpgMarigny-Neuf

Dans cette dernière gamme, j’ai choisi le sauvignon 2008. Un vin d'agriculture bio issu de vignes jeunes de trois terroirs distincts, frais ou ensoleillés, complémentaires, , et qui se veut l’illustration du cépage. C’est réussi. Au nez, dès les premières secondes, c’est une explosion de kiwi, de fruits de la passion, de mangue, le tout enrobé de miel; la bouche est plus florale, fringante et pointue. En finale, les fruits reviennent, bien mûrs – on songe un instant à un albariño.Très belle bouteille. Et Brochet en produit 200.000 par an... A noter le capsulage à vis, pour la facilité. Et le rapport qualité prix!

14:30 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : poitou, vin, vignoble, brochet | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

31 octobre 2010

Compétence

Le nouveau responsable des achats vins & effervescents d'Intermarché France, Franck Chapelot, vient du secteur de secteur de l'ultra-frais du même distributeur.

Ultra-frais que son prédécesseur, Ludovic Paternotte, rejoint justement.

Un chassé-croisé qui confirme que l'on a plus guère besoin de compétences particulières dans ce type de circuit: quand on "fait" dans le discount, il faut juste savoir dire "participations publicitaires", "tête de gondoles" et "trop cher", en les plaçant dans la "négo" à bon escient. Qu'on le dise à des pinardiers ou à des yaourtiers ne change rien à l'affaire.

Et tout ça fait d'excellents épiciers.

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |