30 mars 2011

Le poil à gratter des blogs de vin

L'avantage des blogs, c'est qu'ils sont réactifs. Hier, mes sorties à propos de la politique vin supposée de France Agri Mer m'ont valu un commentaire assez cinglant du Délégué Vin de cet organisme, Eric Rosaz.

Celui-ci entend défendre son organisation. Rien de plus normal. Et surtout remettre le débat, celui de la simplification de l'offre viticole française, dans un contexte plus global. Pourquoi pas? Je ne demande qu'à comprendre.

Je retire rien à ce que j'ai pu écrire, car je l'ai écrit de bonne foi - avec un brin de malice, c'est vrai, et une bonne part d'exagération. Mais n'est-ce pas de bonne guerre quand on n'a que sa plume pour porter un message?

Sur ce blog, je ne suis le représentant d'aucune organisation, je ne suis qu'un être pensant (un peu) mettant son expérience et ses quelques neurones au service de ceux qui veulent bien me lire.

Mes posts doivent parfois faire l'effet de poil à gratter. C'est souvent délibéré. Une fois qu'on a gratté, les choses apparaissent en général avec plus de clarté.

Il y a des choses qui m'agacent, des choses qui me choquent, des choses qui m'amusent. Je les partage avec vous.  En toute franchise. Je ne suis pas là pour jeter du fiel. Je ne règle pas de comptes. Je n'ai pas d'agenda secret. Les posts se suivent sans ordre ni méthode, au gré de l'actualité. Je n'ai pas de sponsors non plus. Ni de gourou.

Quelques marottes, sans doute. Quelques convictions, aussi. Plus ou moins justifiées, comme tout un chacun. Mais je n'ai certainement pas la prétention de dicter la politique vins de la France. Ni même de la concevoir dans le détail. J'en suis bien incapable. Et ce n'est pas le rôle d'un journaliste.

Alors M. Rosaz, et tous ceux que ce blog irrite, ou amuse, ou indispose, ou consterne (cochez la case correspondante) merci de bien vouloir débattre avec moi. Dans le respect mutuel. Nous sommes ici entre gens généralement bien élevés, puisqu'intéressés par le vin.

Chers lecteurs, vos commentaires (plus de 2.200 depuis que mon hébergeur les compte) sont partie intégrante de ce blog. Ils l'enrichissent souvent; ils me donnent de nouvelles idées, ou me poussent à affiner. Et puis, ils m'encouragent à continuer ce boulot de sysyphe, jamais fini.

Certaines fois, je m'interroge: est-ce que je peux dire ça comme ça? Et comment allez vous le prendre? Parfois je remanie ma phrase, ou je la supprime. Parfois pas. Il m'arrive aussi de rire sous cape en pensant à vous quand vos découvrirez quelques uns de mes délires. Et oui, j'ai un côté taquin.

On disait de Guitry, je crois, qu'il aurait tué père et mère pour un bon mot. Je n'en suis pas là, heureusement, mais j'avoue que j'aime bien m'amuser avec les mots, les ciseler, voire les détourner.

Tout ça pour dire que je crois à la valeur de l'échange. Je ne cherche pas à faire l'unanimité; mais indécrottable naïf, je crois qu'entre gens de bonne volonté, et surtout entre amoureux de la cause du vin, il y a toujours moyen de se parler, de s'écouter, à défaut de s'entendre.

En tout cas, moi, depuis 4 ans que j'ai entrepris ce blog, j'en ai écrit et j'en ai lu de toutes sortes. J'ai eu mes petites traversées du désert, mes moments d'enthousiasme, de dépit ou de rage. Rappellez-vous, la polémique des rosés de coupage. Ou celle des blogs de vin, l'année dernière. De grands moments! Je ne regrette pas le voyage. Et vous?

Sur ce, santé!

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Vins de tous pays | Tags : vin, blog, opinion | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

29 mars 2011

France Agri Mer: demandez le programme vin

Voici quelques jours, France Agri-Mer en appelait à une simplification de l’offre française de vins (voir mon post de ce samedi).

Ici même, j'ai émis quelques critiques à l'encontre de ce projet. Il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis, je viens donc faire amende honorable. Mieux, je propose quelques pistes qui peuvent aller dans le sens de cette simplification.

FRAM.jpg

La France version Agri Mer: très simplifiée

Mon programme, très simple, tient en quatre points. Je m'adapte.

1° Dorénavant, il ne sera plus fait mention d’un lieu de production sur les étiquettes de vin français que lorsque la valeur marketing ajoutée en aura été dûment établie par les experts de France Agri-Mer. Un audit en ce sens sera diligenté, qui devrait aboutir à la suppression de bon nombre de mentions inutiles.

2° Désormais, tous les vins français seront issus d'un assemblage d'au moins trois cépages, afin d'assurer l'homogénéité des produits mis en marché.

3° Pour que les étiquetages soient en adéquation avec ce nouveau contenu, et pour en faciliter la promotion, les cuvées à base de cépages blancs porteront la mention "Chardognon" (à l'exception des vins issus des régions à l'Est d'une ligne Wissembourg-Toul-Dole-Les Rousses, où les vins conserveront, à titre temporaire, la possibilité de mentionner l'indication "Riesvagnin").

Les cuvées à base de cépages rouges, quant à elles, porteront la mention "Cabernot" (pour les vins issus des départements au Nord d'une ligne Langon-Mâcon) ou "Syrache" (au Sud de cette ligne). Les rosés, quant à eux, porteront la mention "Provençade".

Dans un second temps, l'encépagement réel sera mis en phase avec ces mentions, des arrachages et  des replantations seront réalisés pour rationaliser la production. Le nombre de types de cuvées sera alors réduit à trois: White/Blan, Red/Rouj et Pink/Ros.

4° Afin d'uniformiser la mise en avant de cette offre simplifiée, France Agri-Mer proposera aux critiques vineux une formation à la dégustation des différents styles de vins déterminés plus haut, ainsi que des fiches de description normalisées. Les commentaires seront laissés à l'appréciation des auteurs (pour autant qu'ils ne s'éloignent pas trop de la description proposée).

Mais en contrepartie, sous chaque commentaire, l'auteur veillera à insérer le texte suivant:

"Blans, roujs et ros de Franç, pour tous les momens de la vi".

En version anglaise:

"Drink Frog, and sleep like a Log"

En version allemande:

"Französischer Wein, nicht so compliziert als Sie glauben"

En version espagnole:

"Vino frances, te quiero mas cada vez"

En version néerlandaise

'Franse wijnen, morgen beter dan gisteren".

J'espère ainsi apporter ma pierre à l'édifice d'une France du vin forte, homogène et conquérante. Et qui sait, devenir le chroniqueur officiel de cette campagne.

"Ein Wein, Ein Volk, Ein Schreiber". Voila, c'est tout pour aujourd'hui. Et même si c'est un peu vache, c'est d'abord censé être drôle ;-)))

 

 

 

 

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (64) | | | |