17 novembre 2010

Domaine des Carabiniers

Juré au Concours Millésime Bio à Montpellier, j'ai pu déguster une vingtaine de rosés de toutes sortes; pâles ou foncés; expressifs ou discrets; traditionnels ou techno. En voici un qui m'a particulièrement séduit pour sa belle structure: le Domaine des Carabiniers 2009 (un Tavel).

Très belle robe rosée soutenue. Au nez, de la fraise écrasée et des épices douces, un petit côté exotique aussi. En bouche, du poivre, du cuir, de vivacité; finale un peu saline, plutôt corsée. A la fois élégant et structuré, c'est un rosé de table, plutôt qu'un rosé de piscine, à l'évidence. Grenache, syrah, cinsault, clairette. Pourquoi faire simple quand on peut faire complexe?

IMG_0204.JPG

00:29 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Provence | Tags : vin, vignoble, rosé, tavel | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

16 novembre 2010

Exclusif: Coffe aime le Beaujolais Nouveau

A quelques heures du "déblocage", le Beaujolais Nouveau s'est trouvé un allié inattendu en la personne de Jean-Pierre Coffe - celui là même qui, naguère, disait "pisse que pendre" du BN. Non, pis que ça: le BN, pour Coffe c'était de la merde. Globalement. Inconditionnellement. Indistinctement.

Et voici que M. Coffe change d'avis. Est-ce qu'il "débloque"? Non. C'est juste qu'il a enfin trouvé BN à son goût. Chez Dominique Piron. Et partageur, il en fait profiter tous les clients de Leader Price.

Cet engouement soudain est quelque peu suspect. Transformé en M. Loyal du Hard à la française, M. Coffe (Coffre?) a de plus en plus de mal à nous convaincre de son objectivité. Il découvre un bon Beaujolais Nouveau. Et alors, c'est juste une question de perspective! Il y a toujours eu de bons BN (chez Brun, par exemple, ou chez Piron), mais il fut un temps où M. Coffre gagnait mieux sa vie à dénoncer qu'à promouvoir.

Le Beaujolais aurait tort de se réjouir trop fort. Que le BN se fasse une place dans le hard discount n'est pas vraiment une promotion pour lui (sauf au sens "3+1"). Je connais un peu M. Piron, il préside une association de bons vignerons du Beaujolais, il a du mérite. Je lui souhaite de ne pas regretter de mêler son nom à cette opération.

Quoi qu'il en soit, les problèmes sont loin d'être résolus, en terme de qualité comme en termes de commercialisation. Ici, en Belgique, le Beaujolais Nouveau sortira à nouveau dans la plus grande indifférence, alors qu'il y a 15 ans, c'était l'événement de l'année vineuse. Sauf peut-être dans quelques hypers et autres spécialistes de la récup, où il sera consciencieusement bradé, oublié à peine bu (s'il n'est pas carrément boudé).

Par amour de ce beau vignoble, j'irai en acheter une bouteille, qu'on se rassure... Chez un caviste, tout de même.

11:37 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, France | Tags : vin, vignoble, beaujolais | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |