18 janvier 2011

CCTV

CCTV. Non, ce n'est pas une télé en circuit fermé (closed-circuit tv), mais le Centre Culturel et Touristique du Vin, qui doit s'implanter à Bordeaux vers 2015. C'est à dire, si le budget est bouclé (50 millions, tout de même, on ne parle pas d'un musée de cire), si l'engagement des pouvoirs publics ne fait pas défaut et si la désignation du projet d'architecte se fait dans les temps. A ce propos, on peut s'attendre à du spectaculaire, genre Guggenheim ou pyramide du Louvre. Sans doute histoire de sortir Bordeaux de son look 18ème, d'imprimer sa marque. Espérons que ce sera plus réussi que la fameuse cité mondiale du vin...

Tiens, le nom du CCTV est encore à trouver. Mais en attendant, il a un logo. Et des couleurs. Et c'est à ce titre que je vous en parle.

Image-32.png

Pour la case jaune à gauche, pas de problème. Pour les cases bordeaux et parme de la droite, pas de problème non plus. Pour la verte du milieu, ça peut passer aussi. Mais pour la case kaki à gauche, j'ai un doute. Quel vin présente cette couleur? Une huile d'olive, à la rigueur...

Bon, je sais, je prends les choses par le petit bout de la lorgnette. Mais c'est le seul par lequel j'arrive à saisir un projet qui me dépasse tellement. Je soutiens, bien sûr, tout ce qui peut faire avancer la cause du vin. Et je ne veux pas faire de procès d'intention.

A mon sens, cependant, la priorité reste de redonner aux Français le goût du vin. Ce n'est pas gagné. Ce centre peut-il y contribuer? Sans doute, mais entre bien d'autres choses. Le vin est culture, et la culture, c'est compliqué.

 

PS. Pour le nom, un ami cher, gaulliste comme Alain Juppé, me suggère "le Machin". C'est dur. Et pourquoi pas "Culture-Vin"?

 

00:30 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

13 janvier 2011

Ou l'on reparle du bouchon et de la capsule... pour les grands crus, cette fois

Sur le site du Grand Jury Européen, je vous conseille de lire le compte rendu de la dernière dégustation effectuée chez Laurent, dont les résultats sont disons, "intéressants". C'est ICI

Je ne vais pas disserter sur le palmarès, François Mauss l'a fait et bien fait. Il prouve en tout cas l'utilité du GJE.

Non, moi, ce sur quoi je voudrais rebondir, c'est sur la présence, lors de cette dégustation, de deux "bouteilles à défaut" du même château, en l'occurrence Léoville Las Cases.

Comme je suppose que ce cru vendu 292 euros ne mégote pas sur le prix du bouchon, et qu'il s'agissait de  deux 2005, et non d'un millésime antédiluvien, je trouve que cela pose problème.

IMG_0014.JPGLe 23 septembre 2007, j'étais de passage chez Léoville Las Cases et j'ai photographié ces caisses du millésime en question.

Sur ce blog, lors de notre dernière discussion sur ce thème du bouchon, il y a une semaine environ, d'aucuns ont émis l'avis que oui, bien sûr, on pouvait accepter la capsule pour les vins blancs à boire jeune, mais que pour les rouges de garde, les grands crus, c'était vraiment inimaginable.

Ce qui est inimaginable, pour moi, c'est que le travail de vignerons qui mettent tant de soins et de moyens à nous élaborer des vins de classe, puisse être mis à mal par un des seuls éléments qu'ils ne maîtrisent pas totalement, à savoir le bouchon.

Et à ce prix là (je veux dire, si j'étais client de vins à ce prix-là), si je tombais sur deux bouteilles bouchonnées, et bien, je crois que je me ficherais un coup de marteau sur le pied, histoire d'oublier à quel point j'ai mal à mon amour-propre et à mon portefeuille. Heureusement, ce ne sera jamais le cas, car aucun vin ne vaut ce prix pour moi.

Au fait, quel est le coût de production? 35 euros à tout casser?

Le reste, c'est le prix du mythe et de la rareté (enfin, parfois). Mais moi, à ce tarif-là, je trouve le mythe astringent et la rareté me laisse une sale finale en bouche, sans même parler du goût de bouchonné.

Et dire qu'il y en a, même parmi les aficionados des grands crus, qui vous déclarent, péremptoires, qu'un La Livinière ou qu'un Fronton à 35 euros, c'est du vol...

Soutenir ainsi mordicus "le bon vieux liège" et un classement datant de 1855, moi, ça me fait rire. Excusez, c'est nerveux...

 

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Languedoc, Vins de tous pays | Tags : grand cru, capsule, bouchon, bordeaux, vin, vignoble | Lien permanent | Commentaires (19) | | | |