09 mars 2011

Pesticides: la solution

Je reviens sur l’affaire de Damery, commune champenoise privée d’eau potable pour cause de taux de pesticides dépassant les normes (voir mon post de mardi).

Le problème est mal posé.

Il ne se situe évidemment pas au niveau de la quantité de pesticides épandus dans le vignoble champenois – ces quantités sont nécessaires si l’on veut maintenir les rendements et donc, le revenu du vigneron marnais, du négociant marnais, du betteravier marnais et du concessionnaire automobile marnais, sans parler de M. Bayer, de Mme Sanofi et de la balance commerciale de la France. Car il faut garder à l'esprit l'objectif fixé par le ministre de l’agriculture: l'équilibre entre développement économique agricole et respect de l'environnement.

vin,bio,vignoble,ogm

Le dégustateur du futur sera plus résistant

Dans ce contexte, il convient d'abord de clouer le bec à tous ces écolos, ces bobos, ces gens qui bêlent «bio, bio» comme des moutons de Panurge. Car comme le rappelait la FNSEA, l’environnement est une chose trop importante pour être laissée aux écologistes. Les gens sérieux doivent reprendre la parole. Relativiser. Quitte à noyer le poisson. Dans une eau bien propre, bien sûr.

Et puis aussi, un peu, régler le problème.

Là, une solution vient immédiatement à l’esprit – et tant pis si elle effraie quelques esprits attardés: je veux parler des OGM.

Activons la recherche OGM sur les embryons humains. Au moyen de gènes habilement améliorés, créons une nouvelle race d’hommes et de femmes capables de résister à des niveaux de pesticides beaucoup plus élevés que les malheureux plafonds actuellement fixés par les agences sanitaires.

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire, Vins de tous pays | Tags : vin, bio, vignoble, ogm, humour noir | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

08 mars 2011

Le Sauvignon en V.O...

Un court extrait d'un dossier écrit à 4 mains avec mon ami Marc Vanhellemont et publié dans le dernier IVV. Le sujet: les blancs du Centre-Loire.

Juste pour vous mettre le silex à la bouche...

sauvignon, loire, sancerre, pouilly, roumet, In Vino VeritasA droite ou à gauche, des vignobles

LES TERROIRS DE SANCERRE ET DE POUILLY

Pourquoi fait-on du Sancerre à Sancerre et pas à Marlborough ? Sans doute un peu à cause des sols. Révisons donc ceux du Sancerrois.

 

• Les Silex: Les "cailloux", comme on les appelle ici, se trouvent surtout en bord de Loire.
Ils accumulent facilement la chaleur et la restitue aux raisins, qui mûrissent plus vite. Les vins issus de ces terroirs sont généralement assez durs et fermés pendant leur première année, mais s’ouvrent ensuite ; ils sont puissants, tranchants et présentent un bon potentiel de vieillissement. Le sauvignon de silex présente souvent des notes épicées et de pierre à fusil.

• Les Terres Blanches: Ces sols mêlant argiles et calcaires sont assez froids et ralentissent la maturation des raisins ; ce qui n’a pas que des inconvénients, car les raisins récoltés plus tard sont généralement très sains. Les vins de terres blanches ont besoin de temps pour s’ouvrir ; ils présentent généralement des nuances florales et végétales au nez, mais des bouches assez rondes. Ils sont élégants. Leur potentiel de garde est important.

• Les Caillotes: Ce sol de pierre calcaire est une couche de surface (40 cm au maximum). Les vins qui en sont issus sont à la fois vifs et fruités, avec une certaine tendresse. Ce sont souvent les premiers prêts à boire.

• Les Marnes Kimméridgiennes: Assez rare à Sancerre (la Côte des Monts Damnés en est un bel exemple), les marnes produisent des vins assez longs à s’ouvrir, mais équilibrés, fruités et suaves.

Et merci à Benoit Roumet pour la matière première...

01:52 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : sauvignon, loire, sancerre, pouilly, roumet, in vino veritas | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |