09 mars 2011

Cohérence

Le Ministre du Commerce extérieur français, Pierre Lellouche, morigène le guide Michelin parce que son édition japonaise ne fait pas assez de place à la cuisine française.

Dans le même temps, il lance au Japon une campagne en faveur de la gastronomie française. Le seul hic, c'est l'intitulé de la campagne: "So French, So Good".

Tenter de "vendre" nos valeurs aux Japonais en version anglaise, moi ça me fait "francement" marrer. Toutes proportions gardées, c'est comme si les Britanniques promouvaient leur whisky au Chili avec un slogan du genre "Plus écossais que ça, tu meurs" (en français dans le texte).

Déjà, quand le logo de Sopexa avait abandonné le tricolore pour le seul rouge, j'avais tiqué. Mais là, ce n'est plus l'affaire d'une société privatisée, c'est ze ministre himself. And a French ministre cannot be wrong.

And remember zat ze Unesco has recently recognised zat our gastronomy is good. Like a monument, sort of. A crumbling monument, but a monument all ze same.

Vive la French gastronomy! Et pour les Canadiens: "Vive le Quisine libre!"

 

 

 

19:48 Écrit par Hervé Lalau dans France, Gastronomie | Tags : french cuisine, gastronomie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Pesticides: la solution

Je reviens sur l’affaire de Damery, commune champenoise privée d’eau potable pour cause de taux de pesticides dépassant les normes (voir mon post de mardi).

Le problème est mal posé.

Il ne se situe évidemment pas au niveau de la quantité de pesticides épandus dans le vignoble champenois – ces quantités sont nécessaires si l’on veut maintenir les rendements et donc, le revenu du vigneron marnais, du négociant marnais, du betteravier marnais et du concessionnaire automobile marnais, sans parler de M. Bayer, de Mme Sanofi et de la balance commerciale de la France. Car il faut garder à l'esprit l'objectif fixé par le ministre de l’agriculture: l'équilibre entre développement économique agricole et respect de l'environnement.

vin,bio,vignoble,ogm

Le dégustateur du futur sera plus résistant

Dans ce contexte, il convient d'abord de clouer le bec à tous ces écolos, ces bobos, ces gens qui bêlent «bio, bio» comme des moutons de Panurge. Car comme le rappelait la FNSEA, l’environnement est une chose trop importante pour être laissée aux écologistes. Les gens sérieux doivent reprendre la parole. Relativiser. Quitte à noyer le poisson. Dans une eau bien propre, bien sûr.

Et puis aussi, un peu, régler le problème.

Là, une solution vient immédiatement à l’esprit – et tant pis si elle effraie quelques esprits attardés: je veux parler des OGM.

Activons la recherche OGM sur les embryons humains. Au moyen de gènes habilement améliorés, créons une nouvelle race d’hommes et de femmes capables de résister à des niveaux de pesticides beaucoup plus élevés que les malheureux plafonds actuellement fixés par les agences sanitaires.

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire, Vins de tous pays | Tags : vin, bio, vignoble, ogm, humour noir | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |