17 mai 2011

DSK : une question de survie

A son corps défendant,  DSK fait la une de l’actualité. Son étoile pâlit. Certains commentateurs vont jusqu’à écrire qu’il lutte pour sa survie politique.

Dans le domaine du vin aussi, DSK est en sursis.

-D pour Durif (un cépage du Dauphiné virtuellement disparu de France, mais qui existe encore en Californie sous le nom de Petite Syrah). A se demander si la France a la mémoire de son histoire viticole.

-S pour Sauvignon Gris (ou Fié gris), un cépage encore présent ça et là en Loire, à Saint Bris et à Bordeaux (mais pas toujours bien séparé du Sauvignon Blanc alors qu’il confère aux vins un corps et un gras très particuliers).

-Et K pour Klevener (ou Savagnin Rose), qui subsiste seulement dans le coquet village alsacien de Heiligenstein.


Ces beaux cépages presqu’oubliés (et il y en a tant d'autres) ne font pas le poids face au rouleau-compresseur des plants internationaux pris en otages par les gros faiseurs de la vigne. Et pourtant, ils sont les garants de la diversité du vin. Ils ne survivront que si la demande existe. Que si les consommateurs acceptent de « prendre le risque » de l’authenticité, de la différence.

Pensez-y quand vous aurez à élire votre prochaine bouteille.
Pensez-y quand vous entendrez à nouveau parler de DSK.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Vins de tous pays | Tags : dsk, vin, vignoble, diversité | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

15 mai 2011

On s'abstiendra... de rire

La France aura bientôt un nouveau Directeur de la Santé - et les amoureux du vin ne regretteront guère l'ancien, Didier Houssin, lui qui prône l'abstinence totale.

Selon ses supporters, cependant, M. Houssin a d'autres faits d'armes à faire valoir, comme sa gestion de la vaccination H1N1, ou encore, du Mediator. A ce propos, c'est fou ce que le courrier circule mal à la Direction de la Santé; selon l'AFP, M. Houssin a fait de troublantes déclarations à la mission d'information de l'Assemblée Nationale: il prétend n'avoir eu connaissance du problème Mediator qu'en 2009, alors que son prédécesseur en avait été averti dès 1995 par l'Agence Française du Médicament.

Mais la France est bonne fille et pourrait nommer M. Houssin à la présidence de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur et de la recherche. On s'abstiendra... de rire.

23:39 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : france, politique, houssin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |