25 octobre 2011

Gevrey, le tractopelle et la journaliste... ne tirez pas sur le pianiste!

Au détour de mon billet sur mes belles rencontres savoyardes, la semaine dernière, je vous ai indiqué un texte de ma consoeur Florence Kennel sur le concassage d'un premier cru à Gevrey-Chambertin.

Je vous le redonne aujourd'hui, c'est ICI

Moins pour l'article, dont je suppose que vous avez déjà pris connaissance (Olif en a parlé aussi sur son blog, hier), que pour les commentaires.

Et plus précisément deux.

Celui de Dominique Rézette, d'une part; celui-ci, si je le décrypte bien, va intervenir auprès de Denis Saverot pour faire modifier (ou interdire?) le dossier à paraître dans la RVF sur ce thème; il évoque même une action au pénal... Je ne connais pas ses motivations, mais c'est pour le moins un acte fort.

florence kennel,gevrey-chambertin

Florence n"hésite pas à mettre les pieds dans les vignes - ici, en Savoie (Photo H. Lalau).

Celui d'un anonyme, de l'autre, répondant au pseudo de "timeisrunningout". Ce dernier nous livre une argumentation discutable, mais parfaitement recevable, sur les bienfaits du pelletage; ce qui me gêne beaucoup plus, c'est qu'il se croit obligé de décrédibiliser la pauvre Florence, en des termes infamants; passe encore qu'il mette en doute sa compétence (je peux pourtant témoigner qu'elle sait ce qu'est un pied de vigne, tout comme Jean-Michel Deiss), il met aussi en doute son honnêteté, ce qui est plus grave. Et il se permet encore de l'insulter en des termes quasi-orduriers: "les vieilles vous diraient que si la pilule avait existé de leur temps, vous ne seriez pas là pour écrire de telles inepties".

On se croirait revenu aux purges staliniennes! Salissez, salissez, il en restera toujours quelque chose.

Pour moi, ce genre d'attaques "ad hominem", (ou plutôt, ici, ad feminam), ne servent vraiment pas la cause de ce qu'elles veulent défendre. Elles la disqualifient plutôt. Je pense que le vin, produit convivial, mérite mieux. Que l'on peut exposer ses divergences d'opinion sans agiter du papier bleu, ni recourir à l'invective.

J'en appelle donc à plus de mesure. Ne tirez pas sur le pianiste! Florence ne fait que dire ce qu'elle a vu, que pointer ce qui la choque, et c'est la mission d'une journaliste.

Mais sans doute faut-il en revenir aux textes de loi.

La viticulture française est soigneusement encadrée, on le sait, et notamment Gevrey-Chambertin. Dans le décret 2009-1207 relatif aux AOC «Gevrey-Chambertin», «Irancy», «Ladoix», «Maranges», «Marsannay», «Meursault», «Monthélie», «Pernand-Vergelesses» et «Pommard», on lit le texte suivant (chapitre II, paragraphe 2, alinea b):

"Seuls sont autorisés les aménagements ou travaux avant plantation de vignes qui n'entraînent pas de modification substantielle de la topographie, du sous-sol, de la couche arable ou des éléments structurant le paysage d'une parcelle de l'aire délimitée".

C'est ICI

Ceci répondra peut-être au commentaire de Mme Plessis, une vigneronne angevine qui a elle-même eu recours au tractopelle à Savennières. Gevrey-Chambertin a sa propre réglementation qu'il convient de respecter, sauf à faire passer ses opinions avant la loi.

Florence dénonce, avec raison, une irrégularité, et tout le reste, les commentaires, le rappel des mânes cisterciennes, les exemples de concassages passés, restera hors-sujet tant que les vignerons, qui sont à l'origine de cette réglementation, la tiendront pour leur.

00:37 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Tags : florence kennel, gevrey-chambertin | Lien permanent | Commentaires (8) | | | |

24 octobre 2011

Pic Saint Loup (3): Haut Lirou

A Saint Jean de Cuculles, le Domaine Haut Lirou est dans les mains de Jean-Pierre Rambier, qui possède également un vignoble en Costières de Nimes, le Mas du Notaire. Un homme affable et discret, et qui ne manque pas d'esprit.

Au milieu d'une pinède, dans un écrin de nature, les 60 hectares de vignes s'étagent des bords du Lirou jusqu'aux premières pentes du Pic Saint Loup. Elles encerclent un ancien relais de chasse, flanqué des bâtiments de vinification, qui respectent le style et la magie du lieu. On n'est pas à Cheval Blanc.

pic saint loup,languedoc,vin,vignoble,dégustation

Au bord du Lirou

Taille courte, labours fréquents, palissage, plantations de haute densité (6000 pieds à l'hectare) sont les points saillants de la partie viticole. Au chai,  après le tri de la vendange, les parcelles sont vinifiées séparément.

Les installations sont modernes, les barriques de qualité, le vigneron modeste, tout ici respire le bon sens et le bon goût.

Mais voyons plutôt ça dans le verre.

Domaine Haut Lirou 2010 Rosé
Grenache syrah mourvèdre.
Sympa, un peu bonbon au nez, en bouche, c'est frais et rond à la fois, beau rosé de terrasse 13/20

Domaine Haut Lirou 2010 Rouge
Syrah grenache.
Très fruité, fruit rouge légèrement confituré au nez; en bouche, de la réglisse, du fumé et quelque notes végétales. 13,5/20

Mas des Costes 2009
Superbe nez d'épices de la garrigue, myrte, cade, romarin; c'est un tourbillon d'arômes qui n'en finit pas et se compléxifie dans le verre; en bouche, une sensation de velouté et de granité, renforcée par de très beaux tannins joliment fondus. Très long en bouche. 15/20
12 mois d'élevage en barriques.

photo.JPG



Esprit 2009
Un assemblage de syrah, de  grenache et de mourvèdre ide tout petits rendements (10 hl/ha) ssus de parcelles d'éboulis calcaires  sur le flanc sud du Pic.

C'est le type même du vin de conversation, comme nous dit Jean-Pierre Rambier, un vin qui a besoin d'un peu de temps à table pour bien révéler toutes ses facettes. 

Au départ, c'est fruit noir, cassis, mûre, puis on part sur le cuir, un côté plus fumé, plus viandeux aussi, des épices comme la coriandre et le thym. En bouche, ce qui frappe, la jeunesse du fruit, la belle acidité, aussi, le tout enrobé de cacao et de moka. Voila un vin puissant mais doté d'une excellente buvabilité. C'est étonnant de fraîcheur, les 6 mois de barrique sont très bien intégrés, le bois ne prend pas le pas sur le vin, il l'épice un peu. 15,5/20

PS. A noter qu'Haut Lirou accueille depuis peu des cours de cuisine basés sur les produits du terroir (aujourd'hui, c'était le gibier). Savoureusement vôtre...

pic saint loup,languedoc,vin,vignoble,dégustation

Jean-Pierre Rambier ne manque pas d'Esprit


00:25 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : pic saint loup, languedoc, vin, vignoble, dégustation | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |