06 avril 2011

Grey Goose s'envole sous d'autres cieux

C'est quoi, l'effet terroir, pour une vodka?

Chez Grey Goose, on pouvait se demander si le climat des rives de la Charente était bénéfique au produit. Après tout, on y distille depuis fort longtemps une autre eau-de-vie.

grey_goose.jpg

The real Franssouskaïa vodka

Mais demain, la marque détenue par Bacardi va quitter la région. Pour partir en Russie ou en Pologne, mères de toutes les "petites eaux"? Vous n'y êtes pas. Grey Goose sera délocalisée... dans l'Aisne. A Origny-Sainte-Benoîte, plus précisément. La raison? Non, ce ne sont pas les pommes de terre de Vico, mais un investissement de 14 millions d'euros de la part du groupe sucrier Tereos dans le nouveau site de production, "Distillerie de la Vallée d’Oise".

Autre avantage, logistique, celui-là: cette nouvelle localisation est aussi plus proche des grands marchés du Nord de l'Europe.

Grey Goose expédie à elle seule chaque année plus de 35 millions de litres de sa vodka. A titre de comparaison, la production totale de tous les distillateurs de Cognac est de l'ordre de 120 millions de litres...


00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

04 avril 2011

Le Rouge & le Blanc, N°100

Je reçois ce matin le dernier numéro du magazine "Le Rouge & le Blanc". Et pas n'importe quel numéro: le n°100.

En plus d'un quart de siècle (27 ans, pour être précis), cette revue libre de toute publicité, mais ni de passion ni de convictions, a trouvé une place unique dans le microcosme vineux francophone.

Ce n'est sans doute pas la plus chatoyante, la plus mode, la plus bling-bling, mais comme ses coups de coeur font plaisir à lire! Car ils sont authentiques, comme les vignerons auxquels ils se rapportent.

Leurs coups de griffe, aussi, sont authentiques, car qui aime bien châtie bien.

Tiens, dans le N°100, il y a un reportage sur les Champagne de l'Aube. Un thème que je connais un tout petit peu pour avoir visité Veuve Devaux cet automne. Mais là, c'est autre chose: 17 pages de dossier serré, argumenté, illustré, non par de jolies quadrichromies, mais par de vraies notes de dégustations, et de vrais portraits de vrais vignerons. Toute ressemblance avec le dossier sur le même thème dans Cuisine & Vins de France de ce mois serait non seulement fortuite, mais très vague.

Comme quoi, bien sûr, les sujets sont importants, mais le regard qu'on leur porte encore plus. Beauty is in the eye of the beholder, disait Shakespeare...

A lire aussi dans ce numéro, une entrevue avec Olivier Humbrecht, et puis un supplément "Le vin & les mots".

A toute l'équipe du Rouge et du Blanc (que je ne connais pas, à part Jean-Marc Gatteron), bravo et merci. Continuez votre oeuvre utile, votre croisade intéressante et désintéressée.

 

 

10:28 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : vin, vignoble, presse vineuse | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |