30 juin 2011

Winetourisminfrance.com reçoit le Prix national de l’Oenotourisme

Mon confrère et ami André Deyrieux me fait parvenir ce communiqué que je publie avec d'autant plus de plaisir que j'apprécie et l'homme et son travail:

Le 29 juin, chez Drouant à Paris, ont été proclamés les lauréats du Prix National de l’Oenotourisme, qui récompense les meilleures initiatives, individuelles ou collectives, qui contribuent à la promotion de l’oenotourisme en France (www.prix-oenotourisme.com).
Le magazine web de l’oenotourisme www.Winetourisminfrance.com était parmi les finalistes dans la catégorie «Opération de promotion de l’oenotourisme».
Sympathique reconnaissance pour ce pionnier de l’oenotourisme qui fête ce mois-ci son 5ème anniversaire (le magazine a été créé par André Deyrieux en juin 2006).
100 % gratuit et en ligne, il est consacré à tous les domaines qui permettent de découvrir, région par région, les vignobles et les vins en tant que patrimoines culturels et produits de civilisation.

A la fois magazine, agenda des événements oenotouristiques, et annuaire des prestataires et ressources de l'oenotourisme... c'est le véritable portail du tourisme vitivinicole en France.
Winetourisminfrance.com touche chaque jour plus de 2.000 visiteurs uniques (15.000 pages vues), et adresse chaque mois à plus de 15.000 abonnés sa newsletter Vins, Terroirs, Découvertes. Il est financé par les annonceurs des domaines de l'oenotourisme.

Au-delà de l'oenotourisme, Winetourisminfrance.com est engagé dans des actions de défense et de valorisation des patrimoines vitivinicoles. Ainsi, le magazine a lancé une initiative, relayée par l'ANEV (Association Nationale des Elus de la Vigne et du Vin) en novembre 2009, pour mettre en oeuvre un inventaire des patrimoines vitivinicoles en France.

Plus d'info: equipe@winetourisminfrance.com 

17:43 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

28 juin 2011

Clos des Fées 2006

Grâce à son Eurocave VOV3 tout neuf, j'ai dégusté hier chez L'Accent Catalan, à Waterloo, un verre du Clos des Fées 2006, de mon homonyme de prénom Hervé Bizeul.

Servi à température idéale, en cette journée de grande chaleur, c'était appréciable (ben oui, c'est pas parce qu'ils n'ont pas de gouvernement que les Belges n'ont pas le droit à la canicule).

Au premier nez, je suis un peu dérouté par les notes de bois (noble, mais un peu envahissant); mais ça s'estompe, le fruit revient, prune, cerises griotte; en bouche, humus, quelques épices, de jolies notes fumées. Le vin a de la structure, les tannins sont très suaves ; la finale n'en est que plus longue et plus ample. Quel bel élevage! D'ailleurs, j'ai oublié de cracher à la fin.

Que voulez vous de plus? Un peu plus de garrigue, peut-être? Un peu plus de truc qui décoiffe? Bon c'est vrai, cette cuvée est très travaillée, elle fait très "grand vin".  Mais pourquoi diable le Roussillon n'aurait-il pas ses vins de style Cru Classé? D'ailleurs, comme à Bordeaux, Hervé Bizeul, qui n'est pas né de  la dernière pluie commerciale, les vend aussi en primeurs!

Dans le style, on peut peut-être préférer le Monte Nero de Régis Boucabeille, ou le Casot de Coume Majou; plus pêchus, sans doute. Mais ce n'est pas tant une question d'échelle de valeur qu'une affaire de goût, d'attente, voire d'habitude.

Ca mérite la réflexion: qu'attend-on d''un vin du Roussillon?

Désolé, la dégustation était totalement inopinée, alors je n'ai pas pensé à prendre une photo. Merci à Michael Fernandez pour cette gentille attention.

17:48 Écrit par Hervé Lalau dans France, Roussillon | Tags : vin, vignoble, clos des fées | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |