14 décembre 2011

"The Unique Marcil Experience", Chez Marie, à Ixelles

C'est pas pour me vanter, mais vendredi, j'ai été au restaurant. Chez Marie, à Ixelles. Ca fait des années que je voulais y aller, surtout pour le sommelier. C'est Daniel Marcil - un habitué des dégustations In Vino Veritas; et puis surtout, un bon copain.

Ce soir-là, ce gentil Québécois nous a concocté une sélection de vins "mystère" - à charge pour nous de les reconnaître, ou au moins, leur région d'origine. Joli défi que j'ai relevé, bien sûr, mais avec un succès  très inégal. En fait, je n'ai pu identifier l'orgine que d'un vin sur trois.

Pas le premier, déjà;  j'avais pensé à un riesling allemand ou australien, c'était bien un riesling, mais autrichien.

Le voici:

IMG_0712.jpg

L'Autriche, version riesling

Kamptal Schloss Gobelsburg Riesling 1ötw 2009

Citronnelle, pamplemousse, un peu d'arperge aussi au nez; en bouche, c'est puissant et surtout très minéral. Pas beaucoup de complexiét, mais un côté très direct, une élégance remarquable. 13° alc.

 

Pour le second, je me voyais plutôt en Galice, avec un godello. C'était un chenin de Touraine.

A savoir:

Touraine Château de Coulaine 2009 Cuvée "Pieds Rôtis" 

Notes de cidre et de frangipane au nez; en bouche, un étonnant équilibre entre l'alcool et l'acidité; c'est un peu évolué, déjà, mais la finale saline, reste très fraîche.

IMG_0713.jpg

La Touraine, version chenin

Pour le troisième vin, par contre, je suis tombé juste, c'était bien un Corbières. Enfin presque, car il est déclaré en Vin de Pays. A savoir:

Vin de Pays de Hauterive La Baronne Cuvée Las Vals 2005

Un seigneur! Au nez, c'est très épicé, presque sauvag; en bouche, c'est d'abord corsé (vieux cuir, encens) puis suave (moka, chocolat), la texture est veloutée, magnifique, les tannins bien présents, mais sans assécher la fin de bouche; au contraire, une belle amertume réveille le palais. Elevage très soigné, le vin n'est pas marqué, juste arrondi, sans enlever en rien ni son caractère terrien ni sa puissance. 

 

Merci, Daniel, pour cette belle soirée - ton jeu, c'est aussi amusant que le Trivial Pursuit, et  c'est plus désaltérant...

Et peu importe de reconnaître le vin, en définitive, quand il est bon...

Alors si vous aussi, vous voulez tenter "The Unique Marcil Experience", c'est chez Marie, Rue Alphonse de Witte 40, B-1050 Ixelles (Bruxelles). Les amis du vin sont les bienvenus. Réservation fortement recommandée (les places sont limitées): +32 2 644 30 31

Vous pouvez aussi demander à choisir les vins à la carte bien sûr...

IMG_0715.jpg

Le Languedoc, côté Mourvèdre.

17:05 Écrit par Hervé Lalau dans Autriche, Belgique, Canada, France, Languedoc, Loire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Le vin bio vu de France et d'Allemagne

En prélude à sa 19e édition, qui aura lieu à Montpellier du 23 au 25 janvier prochain, le salon Millésime Bio diffuse une étude sur les habitudes de consommation des Allemands et des Français en matière de vin bio. L'enquête, réalisée en septembre dernier sur un échantillon de 2.000 personnes, a été commanditée à l'institut Ipsos par l'association interprofessionnelle des vins biologiques du Languedoc-Roussillon. 

Une petite surprise: en terme de prix consenti à la bouteille les comportements des consommateurs des deux grands pays européens sont assez semblables; à savoir, environ 10,6 euros pour les Français, 9,6 pour les Allemands.

Dans les deux cas, c'est nettement plus que le prix moyen payé pour les vins de leur consommation quotidienne, mais moisn que pour leur consommation festive (respectivement 16,7 euros en France et 11,2 euros en Allemagne).

Mais contrairement à une opinion répandue qui prête aux Allemands une fibre verte, l'enquête démontre que les Français sont plus familiers des vins bios que leurs homologues d'Outre-Rhin (83% contre 63%), même si l'écart se resserre lorsqu'on parle d'achats: 39% des Français déclarent consommer du vin bio, contre 36% des Allemands.

Il faut dire aussi que la proportion de consommateurs de vin, bio ou non, est plus élevée en France: 32% des Français déclarent consommer du vin au moins une fois par semaine, contre 21 % pour les Allemands. Et 10% des Français déclarent en consommer tous les jours, contre 5 % en Allemagne.

Méfions nous cependant du déclaratif: même si le vin bio a vu ses ventes s'accroître en France de 8% l'an dernier, il ne représente toujours que quelques 322 millions d'euros. On est donc encore très loin des 39%...

De même, les prix cités semblent en peu surestimés.

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans Allemagne, France | Tags : vin, vin bio, france, allemagne | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |