05 octobre 2011

Présidentielles: Lalau renonce à son tour

Après Jean-Louis Borloo, et après mures et groseilles réflexions, je renonce à me présenter à la Présidence de la République des Blogs de Vin.

politique,fiction,vin,critiqueUn peu flou dans ma tête (photo Olivier Lalau)

Non non, ne cherchez pas à me faire changer d'avis, ma décision est irrévocable. Ni retour ni consigne.

Les derniers sondages Wikio ne me permettent pas d'envisager un destin national, ma candidature ne pourrait qu'apporter plus de confusion dans une période déjà troublée...

-Mais Hervé, on ne t'avait rien demandé, tu sais. Et puis, il n'y a pas de Président de la République des Blogs de Vin. Ca n'existe pas.

-Ah bon, je croyais pourtant. Autant pour moi. Même pas en Belgique?

-Non, Hervé, même pas en Belgique. Tu vois les deux messieurs en blanc, là bas. Ils viennent te chercher. Ils sont très gentils. Ils vont t'emmener dans un endroit où on s'occupe des gens comme toi.

-Des journalistes en vins?

-Oui, Hervé, aussi. Mais pas seulement. Ils s'occupent des gens qui croient plus importants qu'ils ne sont. Dans la politique, dans les affaires, dans les medias...

-Ils doivent avoir beaucoup de travail, alors!

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe, France, Pour rire | Tags : politique, fiction, vin, critique | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

03 octobre 2011

La symphonie savoyarde du jeune Berlioz

Je rentre de Chambéry où j'ai passé deux jours, histoire de faire un peu mieux connaissance avec un des vignobles les plus discrets de France, celui de Savoie. Des cépages indigènes quasi inconnus ailleurs, des vignobles à taille humaine, des particularismes locaux, une histoire millénaire, combien de raisons vous faut-il pour pousser un peu plus loin que le jaja qu'on vous sert dans les stations de ski ?

savoie,vin,vignoble,berlior,crayChignin au soleil couchant (photo H. Lalau)

 

Première démonstration avec les rouges du Cellier des Cray, à Chignin.

Le vigneron, Adrien Berlioz (oui, comme le musicien), est jeune, il en est à son cinquième millésime, mais il a vite fait ses gammes. Disons qu'il apprend en faisant et il apprend vite.

Berlioz.jpgAdrien Berlioz, un prénom à retenir (photo H. Lalau).

 

Néo-vigneron installé sur un peu plus de 5 ha, il est attaché à sa terre et à ses cépages locaux;  sa compagne est apicultrice, et tous deux  luttent pour préserver leur environnement.  Un prénom, une adresse à retenir.

Cellier des Cray Mondeuse (cuvée tradition) 2010

Griotte, poivre blanc, fumée lardé, entre gamay et syrah, léger, (12% d'alcool, oui, ça existe encore), joyeux, jolis tannins, 15,5/20

Cellier des Cray Cuvée Marie Clothilde 2010

Le vin est sans doute un peu moins flatteur au nez ( pivoine, gariguette et fruit noir, quand même), mais la bouche est vive, plus viandeuse, plus minérale aussi (presque crayeuse); belle finale sur les épices, le poivre, une pointe de coriandre; avec sa charpente solide comme une maison des Bauges, voici une mondeuse taillée pour la garde 15/20 (et sans doute plus encore demain)...

Adrien concocte aussi de belles cuvées de Chignin-Bergeron (du blanc, cépage roussanne), élevées en cuve ou en barrique. J'ai particulièrement apprécié la Cuvée Grand Zeph 2010 (100%), aux superbes notes de poire et d'abricot au nez, et au bel équilibre gras vivacité en bouche, avec une finale légérement saline. Là aussi, un vin qui ne perdra certainement pas à attendre un peu en cave - les roussannes sont souvent bues trop vite.

Rectificatif: tous les vins de Savoie ou presque sont bus trop vite. Soit parce qu'ils méritent mieux - ils y gagnent en complexité. Soit qu'ils ne méritent pas d'être bus du tout, mais ça heureusement, ce n'était pas l'objet de notre voyage...

00:03 Écrit par Hervé Lalau dans France, Savoie | Tags : savoie, vin, vignoble, berlioz, cray, chignin, mondeuse | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |