21 octobre 2011

Première soirée à Pic Saint Loup - pourquoi choisir?

La scène se passe à l'Auberge du Pic Saint Loup, aux Matelles, en prélude au voyage de presse organisé à l'occasion de la Vente aux Enchères du Grand Pic Saint Loup.

Pour accompagner l'excellente cuisine de l'établissement, et notamment un juteux pavé de boeuf de la Serranne aux morilles, nos hôtes, les dirigeants de la Communauté de Communes (je n'ai malheureusement pas retenu leurs noms) ont sélectionné quelques vins du cru.
Je flashe littéralement sur le deuxième, le Mas d'Auzières, Cuvée Les Eclats 2008. Pour son joli fruité, d'abord, cassis, mûre, fruits des bois, et puis ses notes, fumées en bouche, sa texture très soyeuse, sa buvabilité et sa surprenante salinité en finale. 15/20.

Et puis dans un registre différent, peut-être plus travaillé, le Clos des Augustins Cuvée Sourire d'Odile 2008, un vin très typé, aux notes de Garrigue, épicé au nez et en bouche, avec un petit côté moka; côté texture, c'est plus granuleux, c'est un vin très plein qui se mange presqu'autant qu'il se boit. 15/20 également.

image.jpegClos des Augustins 2008

Vous le voyez, entre les deux, mon cœur balance. Faut-il choisir quand on aime pour des raisons différentes, mais tout aussi respectables?

Le père de deux filles répond non. Le dégustateur itou. Choisir, c'est renoncer, et ce soir, en si bonne compagnie, j'ai décidé de ne pas renoncer. En passant, merci à Sarah Hargreaves pour l'invitation...

01:32 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi | Tags : pic saint loup | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

20 octobre 2011

Trois rencontres en Savoie

Lors de mon court séjour en Savoie, j'ai fait trois belles rencontres. Non, pour une fois, il ne s'agit pas de vignerons, mais de collègues.

D'abord, j'ai fait la connaissance de Véronique Raisin, alias www.picrocol.com, la RVF, Bettane & Desseauve... On se demande comment ce petit brin de femme peut mener tout ça de front (et bien, en plus). Et qu'est-ce que j'apprends dans le bus qui nous mène à Monterminod: Véronique est la cheville ouvrière d'Ecrivins, un amalgameur de blogs qui liste justement... le mien - c'est vous dire le goût qu'elle a! Et un beau sourire avec ça.

L1040666.JPG V. Raisin, c'est bien elle...

Concomitamment (j'aime ce mot, et c'est la première fois que je peux le placer), concomitamment, donc, j'ai rencontré Mr Vinosolex himself, Lincoln Siliakus, qui m'a fait forte impression. Un Australien qui goûte précis et qui connaît aussi bien les vins d'Europe (sans oublier le répertoire de Deep Purple), c'est aussi rare qu'un koala qui chante à Séguret! Vérifiez vous-même ICI

L1040572.jpgMr Vinosolex en chair et en os

Last but not least, j'ai revu Florence Kennel, journaliste bourguignonne, écrivain et blogueuse de talent aujourd'hui installée dans le Jura. Ses centres d'intérêt sont la Bourgogne, la Savoie et le Jura. Ne me dites pas que c'est limité: une vie ne suffirait pas pour comprendre ces trois vignobles. Or Florence est une fille qui aime les choses bien faites, les idées bien étayées, qui pense et qui écrit juste.

En témoigne son billet récent sur la casse du terroir à Gevrey-Chambertin. C'est ICI

Et dire que l'INAO fait des misères à Olivier Cousin pour ses étiquettes!

IMG_0564.JPG

Florence de profil mais en action

Bien sûr, je n'oublie pas mes autres complices de cette escapade en Savoie, Marc Vanhellemont, Christian Duteil,  Dominique Hutin,  Marie-Claude Fondanaux, Jean-Moise Breitberg... Et puis Michèle Piron-Soulat, notre courageuse cicérone.

Salut, les amis, et bon vent!