23 octobre 2011

Pic Saint Loup (Suite): Château de Lascaux

Au coeur du vieux bourg viticole de Vacquières, presque à la limite de l'Hérault et du Gard, nous dégustons les vins de Château de Lascaux dans sa grotte - je veux dire, dans ses caves voutées, en compagnie de Jean-Benoît Cavalier, le propriétaire, qui représente la 14ème génération de Cavalier à la tête de ce domaine de 45 ha. Ingénieur agronome,  M. Cavalier, qui a été un des initiateurs de l'AOC Languedoc, est un homme posé, mais nion dénué de convictions. Il nous explique son engagement bio, à la fois pour des raisons environnementales et pour des raisons qualitatives: "On ne fait pas de miracles dans la cave, on doit d'abord s'assurer que la plante, le sol, le terroir soient respectés. De plus,  Pic Saint Loup bénéficie d'un air sec, sans influences maritimes, on peut se passer des pesticides, et pour les amendements, nous employons le fumier des chèvres du pélardon".

L1040779.JPG

Jean-Benoit Cavalier

Voici l'aboutissement de sa démarche - ses vins. Une réussite.


Lascaux blanc 2009
Vermentino, roussane, marsanne, viognier
Belle amertume, citron, fraîcheur, salinité, miel 14/20

Château de Lascaux Carra 2010

Mûre, cassis, myrte, épices, garrigue, Réglisse, tapenade, fruit frais, bouche équilibrée avec une certaine fraîcheur, que de la cuve. Que du plaisir! Syrah grenache. 15/20

Les Nobles Pierres 2007
Notes animales et truffe au nez; en bouche, de la réglisse; un belle texture légèrement granuleuse. Finale minérale.
 15/20

Les Nobles Pierres 2006
Truffe, cassis, cerise; en bouche, c'est "Animalement vôtre", mais pas Brett ni Sainclair, c'est fin et le fruit rouge ressort rapidement de la grotte. Un peu d'apreté en finale. 14,5/20

L1040781.JPGAu centre de Vacquières

Cuvée des Secrets 2003
Voici un vin à dominante de grenache, issu d'une parcelle particulière.
Le nez de fruits un peu surmuri (2003, année de canicule) évolue rapidement dans le verre; en bouche, apparaissent du moka, de la réglisse, de beaux tannins sans aucune sécheresse.
Le terroir a lissé le millésime, reste un vin très puissant mais avec l'équilibre et la fraîcheur du Pic Saint Loup 14/20

00:26 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

21 octobre 2011

Première soirée à Pic Saint Loup - pourquoi choisir?

La scène se passe à l'Auberge du Pic Saint Loup, aux Matelles, en prélude au voyage de presse organisé à l'occasion de la Vente aux Enchères du Grand Pic Saint Loup.

Pour accompagner l'excellente cuisine de l'établissement, et notamment un juteux pavé de boeuf de la Serranne aux morilles, nos hôtes, les dirigeants de la Communauté de Communes (je n'ai malheureusement pas retenu leurs noms) ont sélectionné quelques vins du cru.
Je flashe littéralement sur le deuxième, le Mas d'Auzières, Cuvée Les Eclats 2008. Pour son joli fruité, d'abord, cassis, mûre, fruits des bois, et puis ses notes, fumées en bouche, sa texture très soyeuse, sa buvabilité et sa surprenante salinité en finale. 15/20.

Et puis dans un registre différent, peut-être plus travaillé, le Clos des Augustins Cuvée Sourire d'Odile 2008, un vin très typé, aux notes de Garrigue, épicé au nez et en bouche, avec un petit côté moka; côté texture, c'est plus granuleux, c'est un vin très plein qui se mange presqu'autant qu'il se boit. 15/20 également.

image.jpegClos des Augustins 2008

Vous le voyez, entre les deux, mon cœur balance. Faut-il choisir quand on aime pour des raisons différentes, mais tout aussi respectables?

Le père de deux filles répond non. Le dégustateur itou. Choisir, c'est renoncer, et ce soir, en si bonne compagnie, j'ai décidé de ne pas renoncer. En passant, merci à Sarah Hargreaves pour l'invitation...

01:32 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi | Tags : pic saint loup | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |