04 mars 2012

Aux Vinalies de Paris (1)

En léger différé, voici mes impressions de ma première journée de dégustation aux Vinalies de Paris. Je retrouve mes amis Belgacem D'Khili et Eli Mamaari, qui font partie de mon jury. Plus deux œnologues français et un Sud-africain.
Première série de vins, une quinzaine d'effervescents, plutôt bien faits, tantôt aromatiques, pomme verte, muscat, tantôt boisés et crémeux. Nous penchons pour l'Italie - il s'agit de mousseux portugais et brésiliens...
Deuxième série: des rouges (2008, 2009 et 2010); une très belle brochette de vins: nous donnons 5 médailles d'Or et 4 d'argent. La plupart d'entre nous pensons au Chili ou à l'Argentine.
Il s'agit de Roussillons!
Enfin, nous terminons par une demi-douzaine d'alcools (entre 38 et 50 degrés).
Les notes de mirabelle et de quetsche de quelques uns d'entre eux me font penser à des Tuicas roumaines. Il s'agit bien d'alcool de prune, mais... Taïwanais!

Joli voyage immobile au fond d'un verre... et avec modération , bien sûr!

00:03 Écrit par Hervé Lalau dans Afrique du Sud, France, Liban, Tunisie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

01 mars 2012

Nomen est omen - mes propositions de rebranding des AOC françaises

C'est la nouvelle du jour au Royaume de Magritte: une des principales banques du pays, Dexia, change de nom.

Son nouveau nom, Belfius, fait déjà débat.

D'abord, parce qu'on pouvait rêver plus facile à prononcer. Plus concret, aussi. Plus bancaire. Belflouze eut été  plus adapté. Encore que Dexia...

Et puis, certains commentateurs redoutent que la présence des lettres "Bel", rappel discret de son ancrage belge, n'incommode les indépendantistes flamands.

Une idée en amenant une autre, je me suis demandé si l'on ne devrait pas mettre en route une vaste opération de rebranding au sein des appellations de vin.

Inscription_latine_avec_apex.png

Et maintenant, à vous de jouer!

 

Le Tricastin a donné l'exemple, et sa nouvelle dénomination, Grignan-Les-Adhémar, pour ne pas être des plus faciles à mémoriser sur les rives de la Chesapoeake ou du Fleuve Jaune, n'en a pas moins connu un beau démarrage commercial, au quart de tour. CQFD.

A l'heure où les grands crus de Bordeaux déposent les traductions officielles de leurs noms en Madarin, voici la liste des nouveaux que je propose très officieusement aux autorités compétentes pour quelques unes de leurs appellations phares. Vous noterez que bon nombre des noms ont une terminaison latine, ce qui confère aux nouvelles dénominations un côté à la fois international et abscons du plus grand chicus.

 

Auxey-Duresse: Auxdurxia

Saint Amour: Le Grand Béghin

Bordeaux: Nec-Pluribus-Impar

Chablis: Habemus Mineralitam

Coteaux du Layon: Cryovinum Baumardensis

Côtes de Toul: Dominus Vobiscum

Fitou: Fitalgix

Gevrey-Chambertin: Tractopellia-Super-Petra

Corbières: Lézignan-les-Adhémar

Gros Plant du Pays Nantais: Habemus Aciditam

Languedoc: Septimania Orientalis

IGP de la Méditerranée: IGP La-Mer-de-Frèche

Coteaux Bourguignons: Anything-Goes

Champagne: Durocortorum-les-Roteux

Mâcon: Burgundia meridionalis

Médoc: Interflumina Aquitaniae Superioris

Muscat-de-Saint-de-Minervois: là, désolé, j'ai pas mieux

Muscadet: Retz-in-Peace

Sancerre: Amicus Pisci ac Fructi Maris

Sauternes: Cryovinum Aquitaniae

Ventoux: Saint Hippolyte-le-Graveyron-de-Vassols

Vinho Verde Rouge: Vulnerant omnes, ultima necat.


Vous pouvez bien sûr proposer d'autres noms, et puis aussi, pendant qu'on y est, des réductions de surface...

 

 

 

11:57 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |