21 février 2012

100.000 visites pour les 5 du Vin

C'est officiel - aussi officiel que peut l'être le chiffre du compteur d'Overblog - le site des 5 du Vin vient de franchir la barre des 100.000 visites.

header_home_tmpphpgLHCPR.jpg

Pour rappel, ce blog coopératif regroupe Jim Budd (il y officie le mardi), David Cobbold (le lundi), Michel Smith (le jeudi), Marc Vanhellemont (le vendredi), ainsi que votre serviteur (le mercredi).

Depuis peu, le samedi, les 5 accueillent des invités. Le premier a se prêter à cet exercice, samedi dernier, a été Franco Ziliani. Le prochain, ce samedi, sera Lincoln Siliakus.

"La libéralisation des plantations, c'est la porte ouverte aux fraudes"

Lu sur Terre-Net Médias, so s la plume de Juliette Cassagnes:

"La fin des droits de plantation permettra de planter des vignes à proximité d’aires d’appellation avec le risque d’un détournement de notoriété, par l’utilisation d’une marque, du cépage, de la région de production, en jouant sur les mentions d’étiquette par exemple."

Bref, la libéralisation des plantations, c'est la porte ouverte aux fraudes.

Voila un axe de défense du système actuel des droits de plantation pour le moins original.

Et qui fera sourire notre ami Olivier Cousin, assigné au tribunal pour avoir apposé sur ses cartons la mention A.O.C. (pour Anjou Oivier Cousin) 

Cousin.png

Au fait, où en est l'affire Cousin?

Chère Mme Cassagnes, je ne souscris pas à votre argumentation. Pour la bonne raison que l'utilisation des mentions évoquant les Appellations et les IGP continuera d'être interdite. Pas question demain de produire du Vin de France "Anjou", ou du vin de France "Alsace". Ce serait induire le consommateur en erreur.

Quant aux marques, je note qu'elles savent se défendre: prenons l'exemple du Champagne, dont le budget juridique doit friser celui des achats de betterave sucrière dans le département de la Marne. Mais on pourrait citer le cas de Châteauneuf du Pape, qui lutte en justice pour que la mention Papes lui soit réservée, ou encore Côtes du Rhône, qui veut faire interdire les IGP Bouches du Rhône...

Quant au cépage, c'est une autre histoire. Mais les Vins de France produits aujourd'hui (avec droits de plantation) peuvent déjà l'utiliser, cette mention; alors, qu'est-ce qui change?

Je m'étonne aussi que ma consoeur fasse si peu de cas de nos administrations, douanes, répression des fraudes, qui demain autant qu'aujourd'hui, seront appelées à veiller sur le respect des lois.

S'il les gens de Terre-Medias Net sont en mal de croisades, plutôt que de dénoncer ce qui pourrait peut-être survenir demain (mais le pire n'est jamais sûr), pourquoi ne pas plutôt s'attaquer aux vrais problèmes d'aujourd'hui?

En vrac, je cite: la non-qualité au sein des AOC existantes, notamment du côté des polycultivateurs de raisin; le manque de cohérence et la difficulté à trouver un quelconque effet terroir au sein des appellations régionales. La cryo-extraction permise à Sauternes, même dans les grands châteaux... Les dépassements de rendements. Les niveaux de pesticides dans le vignoble. Les vendanges trop précoces en Champagne, allégrement compensées par la chaptalisation. La chaptalisation en général, dont la justification en période de réchauffement climatique est de plus en plus douteuse. La banalisation du bio...

 

Vigne.jpeg

Libérez la!

Un conseil, Mme Cassagnes: revenez en à l'argumentation classique, celle qui consiste à agiter le chiffon de l'ultra-libéralisme, de la concurrence sauvage, responsable de la mort des petits producteurs... C'est plus vendeur.

 

 

 

 

 

00:01 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : plantations, vignes, olivier cousin | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |