13 juin 2012

Choses vues dans les châteaux de Bordeaux

Sur son blog, Jacques Berthomeau (ICI) exhume un texte de Sophie Pons (L'Esprit du Vin, Editions L'Ecaliller du Sud)  qui me fait froid dans le dos.

Cela s'intitule "Les journalistes du Vin reçus au Château":

 «B. reconnut quelques journalistes à leur air confit du contentement de soi et à leur satisfaction visible de côtoyer ceux qui comptent. Leur complaisance servile, une certaine façon de pencher la tête en voûtant légèrement les épaules, leurs rires appuyés, les trahissaient sans erreur possible. Le temps d’un dîner, les seigneurs du vin prétendaient les traiter en égal. Par intérêt économique, parce qu’ils savaient qu’un jour ou l’autre un bon article paierait leurs faux-semblants. Mais ils les recevaient par pure nécessité et non sans un certain mépris. D’où le rôle crucial des attachées de presse: auprès d’elles, les journalistes pouvaient à leur tour déverser leur dédain. Tout était prévu, codifié, huilé par l’euphorie douce que donne le bon vin.»

Dois-je m'identifier à ces journalistes? Suis-je dédaigneux des propriétaires qui, de toute façon, me méprisent? J'espère que non. 

L1060031.JPG

Quelques journaleux à genoux devant le grand capital (photo H. Lalau).

00:12 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

12 juin 2012

Mlle Trierweiler préfère le Falorni au Kir Royal

Juste un petit clin d'oeil gastro. Les amateurs de charcuterie savent en effet que Falorni est une marque de salaisons toscane...

Par ailleurs, bien que je n'ai rien d'un analyste politique, j'ai noté que la Première Demoiselle de France n'a pas réellement appellé à voter pour le rival de Ségolène, elle lui a juste dit "courage".

Bon, et qu'en pense Pierre Salviac? Et ceux qui l'ont viré?

23:07 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Tags : trierweiler, royal, kir | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |