13 avril 2012

Ecole de sommellerie internationale de Bordeaux: en français, s'il vous plaît!

Mon excellent confrère César Compadre nous révèle que Bordeaux, qui ambitionne de devenir "the" capitale mondiale du vin, aura bientôt son école internationale de sommellerie, alias Worldsom. Ceci, sous la houlette de la Chambre de Commerce et d'industrie locale (déjà principal actionnaire de Vinexpo).

On ne connaît pas encore précisément le contenu du cursus, mais on sait déjà que les cours seront donnés en anglais.

Comme français et francophone, cela me choque. D'autant que le français imprègne depuis longtemps le vocabulaire du vin, de l'élaboration à la dégustation en passant par le service.

Surtout, enseigner en anglais, c'est prendre le risque de couper les étudiants de la réalité locale. Et pourquoi viendraient-ils à Bordeaux?  A ce compte-là, ils seraient plus en phase à Modesto, Cal.

M. Juppé, vous qui avez enseigné au Québec, s'il vous plaît, expliquez à la CCI que le français a encore un avenir... au moins dans le vin.

 

11:26 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

11 avril 2012

Fraude aux appellations à Beaune: un secret de polichinelle?

Le Procureur de la République de Dijon Eric Lallemand a annoncé avoir mis en examen "un négociant beaunois" (sans citer son nom) pour fraude aux appellations. Ce dernier aurait notamment coupé des appellations entre elles, et mélangé des vins de cépages extérieurs à la région avec des vins d'appellations de Bourgogne.

Le prévenu a été remis en liberté.

Dans son communiqué, le procureur mentionne une précédente perquisition effectuée chez ce même négociant, en novembre 2010; il révèle aussi son âge: 63 ans.

Il n'en fallait pas plus pour que le microcosme beaunois (et votre serviteur) ne fasse le rapprochement: l'entreprise perquisitionnée, à l'époque, c'était celle de Bernard Gras, 63 ans.

Gardons cependant à M. Gras le bénéfice du doute dont doit bénéficier tout prévenu. Si c'est bien lui.

Finalement, le Procureur aurait peut-être mieux fait de citer le nom du négociant pour éviter toute équivoque et surtout prévenir toute "chasse aux sorcières", sans parler des soupçons que cela peut faire peser sur d'autres opérateurs.

 

15:33 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |