17 octobre 2012

Dear Decanter

Juste un petit commentaire (en anglais) envoyé hier chez Decanter, suite à un article consacré à Cos d'Estournel.

800px-Vinbieno_Château_Cos_d'Estournel_07.jpg

Cos d'Estournel (photo Thomas Pusch). Who cares if it's first or second growth?

"According to Decanter's latest poll, a majority of readers do not care about the classification system; so the fact that Cos is not a Premier Cru Classé is irrelevant. Maybe if we, wine writers, stopped talking about ranks and classifications (all the more so as they are so pointless), we could give each wine more chance to shine for its own merits.

As for the prices... well, these famous Bordeaux are all too expensive when you know the costs of production, speculation is the key factor.

So maybe the press should write more about less famous wines with better (or simply normal) price-pleasure relation."

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Grande-Bretagne | Tags : classement, ranking, decanter, presse du vin, wine | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

16 octobre 2012

Europe, as-tu du coeur?

Ce matin, Jacques Berthomeau se fend d'un billet rageur mais salutaire à propos de l'arrêt des subventions européennes aux associations d'aide alimentaire, du genre des Restaurants du Coeur.

J'avoue qu'autant je comprends que l'Union n'ait pas à se substituer à un pays dans ce qu'il peut gérer lui-même (on appelle ça le principe de subsidiarité), autant je trouve indécent qu'on ne se soit pas mis d'accord pour trouver un programme de remplacement ("on" représentant la France autant que l'Europe).

Les affamés se moquent bien des points de droit; et les électeurs avalent tellement de couleuvres politiques qu'un arrangement un tant soit peu créatif serait compris de tous, pour autant que l'objectif soit juste, et il l'est.

L'Europe y gagnerait, même, elle qui souffre tellement de son image technocratique, de son éloignement du peuple.

Je ne sais pas si mon blog peut avoir un quelconque impact sur les décisionnaires - soyons réalistes, je sais que non. Mais il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, la cause est importante, la cause est juste, alors je relaye.

Si je ne le faisais pas, j'aurais l'impression d'avoir failli. Il y a une vie au delà du vin, au delà du plaisir, au delà des concepts, au delà du nombril, il y a une réalité dans nos rues, les vôtres, les miennes, qui me fait honte.

L'Europe vient de recevoir le Nobel de la Paix. C'est bien.

Veut-elle demain le Nobel de la Famine?

 

11:53 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |