24 juillet 2012

No foie gras, no Californian wine

Voici quelques jours, ici même, j'ai commis un petit billet au sujet de l'interdiction du foie gras par l'Etat de Californie. Pour votre information, j'ai mis en pratique le programme que j'évoquais alors. Je mange plus de foie gras qu'avant - du fermier, du gascon, ces temps-ci. Et j'ai tourné la page de Gallo - un livre que je n'avais jamais ouvert.

Depuis, j'ai appris que des élus du Sud Ouest appelaient carrément au boycott des vins californiens. Quelle belle idée! Enfin, elle serait belle si les Français importaient du vin californien.

L'inconvénient du protectionnisme tel que nous le pratiquons déjà, en matière de vin, c'est qu'on ne peut guère l'accroître ou le renforcer: il est presque total - les rares exceptions qui confirment la règle sont les portos de bas de gamme, les petits chiantis pour pizzerias, les madères de cuisine, le boulaouane ou le sidi brahim pour l'épicier maghrebin ou la restauration à thème. Et plus important, mais aussi plus anonyme: les vins espagnols qui entrent depuis quelques années dans la composition de ce chef d'oeuvre du bon goût et du patrimoine gastronomique français qu'est le Vieux Papes. Ou encore, la jolie gamme de vins en bouteilles d'un litre (verre ou plastique, au choix) des Chais Beaucarois, comme Le Jouvenceau.  Le plus drôle, c'est que les consommateurs de ce type de vins sont sans doute parmi les plus franchouillards!

photo.JPG

Juvenzo, olé!


Alors, pour revenir au boycott des vins Californiens, je suis partagé.

D'une part, je répugne à faire porter sur les producteurs de vins  la responsabilité de cette loi ridicule. Qui sait ce qu'ils en pensent?

Plus fondamentalement, je suis assez opposé au concept de boycott, qui touche rarement ceux qu'il vise.

Malgré tout, dans le cas du foie gras, je me demande si ce n'est pas la seule arme qui reste aux producteurs pour faire parler d'eux, de leur combat, et éviter que cette interdiction ne s'étende à d'autres États américains, voire à d'autres pays. Il me revient que des activistes la réclament en Belgique et en Grande-Bretagne, notamment. Pour contrer ces activistes, qui ont bien sûr le droit de s'exprimer, mais qui sont ultra minoritaires, nous autres mangeurs de foie gras n'avons d'autre moyen pour rappeler nos droits que d'affirmer nos goûts majoritaires, de devenir activistes à notre tour.

Ne vous y trompez pas: ce qui se passe avec le foie gras aujourd'hui pourrait se passer avec bien d'autres produits pour autant que les groupuscules qui se désignent de telles cibles soient aidés financièrement pour faire avancer leur cause. Ils ont besoin d'argent pour communiquer, ils ont besoin de soutiens politiques et économiques. Je ne peux m'empêcher de faire un lien avec les soutiens dont bénéficient en France les anti-vins, activistes aujourd'hui institutionnalisés, hélas.

On peut donc sourire du contre-boycott de nos amis gascons, mais à la réflexion, c'est plus qu'un produit qui est en jeu, c'est une liberté. Et il n'y a pas de petite ou de grande liberté, quand on touche à une liberté, on touche à la Liberté.

Sur ce, avec votre permission, je vais ouvrir une bonne bouteille de Jurançon pour accompagner mon foie gras.

A la santé des oies, grises ou blanches!

00:59 Écrit par Hervé Lalau dans Etats-Unis, France, Sud-Ouest, Vins de tous pays | Tags : foie gras, calfornie | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

20 juillet 2012

A propos des éthylotests obligatoires

Reçu de la Ligue de Défense des Conducteurs, ce communiqué qui fait réfléchir...

 

Le gouvernement français a récemment publié un décret qui oblige chaque automobiliste à détenir dans sa voiture un éthylotest – enfin deux, l'un pour se tester en cas de doute, et l'autre à présenter aux gendarmes en cas de contrôle.

Officiellement, le but est de lutter contre l'alcoolisme au volant. Tout le monde aimerait voir moins de drames sur la route liés à l'alcool, c'est incontestable. Mais je vais vous montrer qu'il s'agit de bien autre chose ici...

L'affaire est tellement scandaleuse qu'il fallait absolument que je vous envoie un mail pour vous informer !

Alors, voilà ce qui se passe :

En juillet, une association, "I-Test" se crée pour militer en faveur d'éthylotests obligatoires dans toutes les voitures._Ils interpellent le Ministre de l'Intérieur de l'époque, Claude Guéant, et hop, quelques mois plus tard le décret sort. _La nouvelle infraction est créée, avec une amende de 17 euros à la clef. Quand on sait qu'il faut des années d'habitude pour obtenir quoi que ce soit quand on est une association, nous avons été saisis par cette rapidité !

 

Vous le savez, à la Ligue de Défense des Conducteurs, nous enquêtons depuis plus de trois ans sur la répression routière; il ne nous a pas fallu longtemps pour découvrir le pot aux roses !

 

Qui sont les membres de cette "association I-Test"? S'agit-il, comme on aurait pu le croire,d'un collectif de familles qui ont perdu un proche sur la route à cause d'un chauffard qui avait trop bu ? Pas du tout:ce sont tout simplement... des fabricants d'éthylotests ! Le Président de "l'association" est chargé de mission chez Contralco, le plus grand fabricant d'éthylotests chimiques (les fameux "ballons").

Et là, il vient de réussir un coup de maître: assurer à sa boîte un marché 100 % garanti sur 38 millions de voitures ! _Le calcul est vite fait: 38 millions de voitures x 2 éthylotests à 1€ pièce = 76 millions d'euros garantis dès l'application du décret, à savoir maintenant, début juillet.

 

Mieux: le décret comporte une obligation de norme NF pour les éthylotests... norme que cette entreprise est la seule à avoir !

Voilà un marché juteux, 100% garanti, qui va rapporter des millions à une grosse entreprise... Et nous, on vient nous dire que c'est pour notre sécurité? Et que si l'éthylotest venait à manquer dans notre boîte à gants, ce serait tellement grave qu'on devrait payer une amende?

 

Franchement, de qui se moque-t-on ?

 

Merci de m'aider à faire connaître ce scandale au plus grand nombre de Français possible, en transférant ce message à tous vos amis, vos proches, ou vos collègues.

Ne les laissez pas tomber dans le piège de la propagande des pouvoirs publics qui utilisent la sécurité routière comme un alibi pour engraisser un business juteux.

 

Christiane Bayard - Ligue de Défense des Conducteurs - www.liguedesconducteurs.org

 

PS: Autre scandale: les éthylotests ne supportent que très peu de temps la chaleur d’une voiture. Ainsi, même si vous n’avez pas bu une goutte d’alcool, le vôtre risque d’indiquer un taux d’alcool irréel et vous ne pourrez pas vous fier à cet instrument.

 

00:36 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |