23 septembre 2012

Sam, au Château!

Mes amis châtelains bordelais souhaitent que les ronds de cuir de Bruxelles interdisent aux manants de Californie l'emploi du mot Château.

Je les assure de mon soutien de classe et de caste (diantre, ne suis-je pas Chevalier, et en outre, Prud'homme de Saint Emilion)? Pardonnez-moi, braves bourgeois, de monter sur mes grands chevaux, mais j'en fais une affaire de principe.

Mais n'est-il pas trop tard?

Quid de Château Pauqué et de Château de Schengen, au Luxembourg? Quid de Château Mornag, en Tunisie? Sans parler des innombrables châteaux des autres régions de France?

Bon, ce sont de mauvais exemples: ils se situent tous dans des pays plus ou moins francophones, ou de culture viticole française. Même avec beaucoup de largeur d'esprit, on ne peut pas en dire autant de la Californie ou de l'Oregon.

Sur ce coup-là, je pense donc que les Bordelais ont des raisons de réclamer que les Ricains ne se parent pas des plumes du paon - au 18ème, on aurait parlé de "savonnette à vilain".

Après tout, estate est tout aussi joli que château, et beaucoup plus réaliste, beaucoup plus conforme à une réalité historique et géographique quand on entend l'utiliser à Napa, à Portland ou à Modesto.

Modesto. Joli nom. Jolie vertu que la modestie. Je vous redonne la définition: "Retenue dans la manière de parler de soi, absence d'orgueil, de prétention, simplicité. Pudeur." Il n'y en aurait vraiment aucune, de retenue, pour des Américains, à mettre le mot Château sur leurs étiquettes.

Il y aurait même un peu de ridicule.

C'est comme cet hôtel de l'Utah qui s'appelle Château Bellavista Estate. Trois mots, trois langues! Vous parlez d'un melting pot! Bon, ça n'empêche pas le monde de tourner, et ça ne choque probablement personne là-bas - "ah bon, parce qu'il y a d'autres langues que la nôtre"?

Mais c'est à nous de nous battre pour que soient respectées nos spécificités, plutôt que de laisser d'autres s'en accaparer et les exploiter à leur compte.

 

00:22 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Etats-Unis, France, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

22 septembre 2012

Matignon au régime Muscadet

Selon mes confrères du Parisien, Jean-Marc Ayrault préfère le Muscadet et le cidre au Champagne pour les réceptions officielles à Matignon. Il s'en vante, même: "Pas une goutte de Champagne n'a coulé à Matignon  depuis un mois", précisait en juillet son cabinet. Faut-il y voir la marque des origines nantaises du premier ministre? C'est vrai que s'il doit un jour redevenir député, il lui faudra séduire ses électeurs dans le Vignoble Nantais...

Que nenni: la vraie raison,  c'est  l'austérité.  La France normale régale comme elle peut.

Et les invités, qu'en pensent-ils? Sans faire injure au Muscadet (j'adore les vins de La Louveterie) ni au cidre (ah, le Cambremer!), quand nos hôtes étrangers pétris de respect pour nos grands vins débarquent à Matignon, ils ne trouvent pas ça un peu chiche? Et qui voudrait faire des affaires avec un pays aussi ostensciblement fauché?

Donner l'image d'une gestion rigoureuse, pourquoi pas, mais attention de ne pas tomber dans le sordide!

D'autant qu'actuellement, le Champagne Comte de Perrey est à 8,95 € chez Auchan...

Mais j'espère au moins que M. Ayrault achète son Muscadet et son cidre chez des propriétaires...


00:32 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne, France, Loire | Tags : muscadet, champagne, matignon, ayrault | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |