10 novembre 2012

Pourquoi la bière et pas le vin

Les brasseurs français s'insurgent contre la hausse de taxes qui devraient bientôt les frapper, la République ayant besoin de sous.

Ils s'interrogent aussi à haute voix: pourquoi nous et pas le vin?

Mais c'est oublier le brave Martin. Martin Luther, bien sûr.

Rappellons ce que disait ce grand personnage: "La bière est l'oeuvre de l'homme, le vin celle de Dieu"

Comme ancien moine, mais aussi comme fondateur de l'Eglise réformée, il devait savoir de quoi il parlait, non?

En attendant, pour éviter la taxe, "Brasseurs de France", l'association qui regroupe le secteur, fait le forcing auprès des médias et des ministères.

Juste une petite question, qui intéressera aussi peut-être M. Montebourg.

Combien il y a t-il encore de brasseurs à capital français dans "Brasseurs de France"?. Les plus chauvins de nos compatriotes veulent bien consommer français, mais si l'argent par aux Pays-Bas, au Danemark, au Brésil ou en Belgique...

00:13 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Tags : citation, bière, vin | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

09 novembre 2012

Vinification bio: toujours moins

Beaucoup de vignerons bio ont trouvé la réglementation européenne sur les vinification bio un tantinet laxiste.

Les coopératives françaises, elles, la trouve encore trop contraignante. Elles réclament ainsi la suppression du plafond de température pour les traitements thermiques (70°, actuellement), afin de pouvoir utiliser le procédé de flash-détente (et/ou la thermovinification), qui permet de raccourcir le temps de macération tout en extrayant bien la couleur. Les Beaujolais Nouveau adorent.

Evidemment, les puristes auront beau jeu de faire remarquer qu'un beau raisin bio flash-détendu perd beaucoup de sa personnalité. Mais qui a dit que les vins bio de coopérative devaient avoir une quelconque typicité de terroir?

 

affiche_Shadoks_1968_1.jpg

Le bio version coopératives: pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué... et techno

 

D'ailleurs, l'INRA précise les limites du procédé: "Le procédé n’est cependant pas applicable à tous les raisins : un raisin pas assez mûr ou une vendange mal «éraflée»  peuvent donner des résultats désastreux. En outre, il concerne des vins d’assemblage, car un vin «100% Flash-détente» serait trop riche car trop concentré en composés extraits.
Pour les vins d’appellation d’origine contrôlée, le procédé de Flash-détente est autorisé par l'INAO, après expérimentation, pour les appellations Côtes du Rhône et les appellations concernant les vins méridionaux (Languedoc-Roussillon, Provence, Côte d'Azur et Sud-Ouest)." J'ajouterai: le Beaujolais aussi, apparemment.

Mais bon, les coopératives qui veulent faire du bio ne vinifient certainement que des raisins sains et bien mûrs. Alors un petit coup de chauffe...

Et puis, franchement, qui va venir vérifier dans vos caves les températures de vinification...

Ah, j'oubliais, les coopés réclament aussi de pouvoir utiliser l'électrodialyse, et puis de l'alcool non bio pour le mûtage. Tant qu'à faire...

Les Jeunes Agriculteurs qui disent craindre "la standardisation des vins" devraient s'inquiéter beaucoup plus de la flash-détente et de la thermovinification que de la fin des droits de plantation: les vins standardisés, les vins technologiques sont déjà là, alors que la libéralisation des plantations n'est toujours pas entrée dans les faits...

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France | Tags : bio, coopératives, vin | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |