15 octobre 2012

Marciac décroche le Prix Renou 2012

Amis du jazz, de la Gascogne et du vin, je vous informe que le Prix René Renou 2012 vient d'être attribué à la commune de Marciac (Gers), pour son Festival Jazz in Marciac.

Ce prix (dont je suis  fier d'être  cofondateur), est organisé avec le concours de l'Association des Elus du Vin (ANEV), et bénéficie du soutien de l'Association de la Presse du Vin. Il récompense des collectivités locales françaises ayant oeuvré pour le développement de l'oenotourisme, que ce soit au travers de musées, de sentiers viticoles, de festivals, ou de manifestations diverses.

Dans le cas de Marciac, cette récompense est amplement méritée: cela fait 35 ans, en effet, que ce village gersois reçoit les plus grands nom du jazz. Son festival, qui dure à présent 15 jours, accueille chaque année 200.000 festivaliers. Côté vin, il est la porte d'entrée du vignoble de Saint-Mont, et les Producteurs Plaimont y sont associés depuis les origines. Ils en profitent évidemment pour faire connaître à ce  formidable public les produits du cru...

Ambiance garantie...

Fêtons ça en musique avec Bobby McFerrin & Robin McKelle, ou bien avec John McLaughlin...

10:38 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France, Sud-Ouest | Tags : vin, jazz, marciac, vigne, gers, gascogne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

14 octobre 2012

Château Faugères primé...

Les prix Best of Wine Tourism 2013 (en franglais dans le texte) viennent d'être attribués.

Dans la catégorie Architecture et paysages, on trouve le Château Faugères (Médaille d'Or).

Je préfère en rire plutôt que d'en pleurer.

Regardez et jugez vous-même. Pour moi, parler d'intégration dans le paysage, pour un tel bâtiment, c'est se moquer du monde. Le chai de Faugères évoque un barrage, un lycée ou un pénitencier, tout sauf une cave bordelaise. Il est grandiloquent. Tout à fait comme une autre oeuvre de M. Botta, Petra - là, c'est le paysage toscan qu'il a "intégré", avec une pyramide mégalo qui s'y trouve aussi bien qu'un igloo au Sahara.

Vous me direz que ce n'est que mon avis personnel - et vous aurez raison. Il n'empêche que l'on parle d'un site classé par l'UNESCO et j'aimerais bien connaître la composition du jury qui a pu attribuer un  tel prix, avec de tels motifs, à ce monument de mauvais goût.

Les classements sont assez suspects, ces derniers temps, à Saint Emilion, pour que le doute m'habite.

D'aucuns diront que ce qui compte, c'est ce qu'il y a dans la bouteille. A ce sujet, le chai ne me dit rien qui vaille. Avec une telle ostentation dans l'architecture, j'ai du mal à croire que l'oenologue puisse faire dans l'humilité...

Comme à Cheval Blanc, on touche là aux limites d'un système bling-bling où l'argent doit se voir, se palper, se sentir... pour attirer l'argent des autres.

Bref, carton rouge.

Faugères.jpg

17:55 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |