25 janvier 2013

L'export, toujours l'export... pour Advini aussi

Pour bon nombre de maisons de vin - et pas seulement les grands crus bordelais, l'exportation représente aujourd'hui la seule vértitable porte vers la croissance. En témoignent les chiffres publiés par Advini (ex-Jeanjean).

carte-advini-monde.jpg

En 2012, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 219 millions d’euros (soit une en progression de 4,1%). Mais cette progression est due presqu'exclusivement aux ventes à l'étranger, qui progressent de 8,4%. Les marchés les plus dynamiques étant l'Amérique du Nord (+21%) et l'Asie (+25%). L'Europe est nettement moins dymanique (+3,5).

Le marché français, lui, est carrément atone (+1,3%). Même s'il faut faire la part des choses entre le circuit traditionnel, en baisse de 7%, et la GD, en hausse de 4,6%.

Les grandes surfaces françaises représentent à présent 43% du chiffre d'affaires d'Advini. 

10:58 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France, Languedoc, Roussillon, Vins de tous pays | Tags : exportation, advini, jeanjean | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

24 janvier 2013

Les vins d'Aboukir

Un lecteur, sans doute titillé par de récentes chroniques consacrées ici même ou sur le site des 5 du Vin à la viticulture du Maghreb (Tunisie et Algérie, plus précisément), me demande si je peux lui donner une adresse d'importateur de blanc d'Aboukir. Hélas non.

Une petite précision liminaire: l'Aboukir en question n'est pas l'Aboukir égyptienne, mais celle d'Algérie. La ville d'Aboukir, aujourd'hui Mesra, près de Mostaganem. Sans doute nommée ainsi en mémoire de la victoire française de 1799, plutôt que de la défaille navale de 1798...

Qoui qu'il en soit, y produisait beaucoup de vin sous le régime français. On continue à en faire - beaucoup moins. Et notamment une des rares entreprises viticoles privées, la Compagnie des Grands Crus de l'Ouest, à Oran, qui produit bon an mal an quelque 80.000 hl de vin (sur un total national d'environ 400.000 hl, données 2009).

Elle diffuse même un vin qui fait directement référence à la ville d'Aboukir: Fleur d'Aboukir, un rosé. Je ne sais pas qui l'importe.

A noter que temps des Français, c'était surtout le blanc et le gris qui avaient les suffrages de la clientèle européenne.

Et pour la petite histoire, notons qu'en arabe, Mesra veut dire : "l'eau coule". C'est moins vendeur, évidemment, pour un vin, même blanc...

455px-Fleur_d'aboukir_75cl6.jpg

 Photo: Mahbenyelles

Plus d'info/Contact: Rachid Hanamouche, Grands Crus de l'Ouest, +213 982 40 05 26

00:34 Écrit par Hervé Lalau dans Algérie, France, Tunisie | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |