28 février 2013

6 & 7 avril 2013, Les Printemps de Châteauneuf

Avec ou sans Pape...

COM_PRESS2013_1page.jpg

00:49 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Tags : châteauneuf-du-pape, printemps, avril | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

25 février 2013

Franck Dubourdieu et le classement de Saint Emilion

Chez mes excellents confrères de Vitisphère, le Docteur Franck Dubourdieu signe une tribune engagée à propos du classement de Saint Emilion, et au-delà, de tous les classements.

C'est à lire ICI

A l'évidence, les arguments de Franck Dubourdieu sont frappés au coin du bon sens et démontrent, s'il en était encore besoin, son honnêteté intellectuelle. Et il a d'autant plus de mérite que contraiement à moi, il fait peu ou prou partie du sérail.

bordeaux,saint émilion,classement,dubourdieu

Château Pavie (Photo H. Lalau)

Mais à mon sens - et vous voudrez bien excuser ma virulence, le problème est bien plus général. Les classements du type de celui de Saint Emilion (comme celui de 1855, même si les raisons sont un peu différentes) sont nuls et non avenus.

Le consommateur n'a qu'à se faire sa propre opinion, sur chaque vin et sur chaque millésime.

Le reste, c'est d'abord du business.

Je plains ceux qui, injustement, ne sont pas classés quand leurs vins sont merveilleux - je vous ai déjà parlé ici plusieurs fois du cas pendable de l'excellent Guadet, écarté du classement de 2006.

Mais je plains également les consommateurs qui paient trop cher des crus surcôtés parce que trop de gogos apportent un quelconque crédit à ces médailles en chocolat. "A", "B", "Premiers", "Grands", "Crus", "Classés"... on se croirait à la distribution des bons points et des images dans l'école d'avant 68.

Banal, le Grand Cru...

M. Dubourdieu s'inquiète de l'augmentation constante du nombre et de la part des vins classés dans la production totale de Saint Emilion.

Je suis quant à moi beaucoup plus inquiet de la dérive, déjà ancienne, qui banalise le terme de Grand Cru. Savez vous que plus de 60% des vins produits à Saint Emillion le sont sous la mention "Saint Emilion Grand Cru"? Cette mention, ailleurs très rare, car réservée à des parcelles bien identifiées, des climats d'exception, en Bourgogne, notamment (et depuis peu en Alsace et en Loire), est géréreusement accordée à Saint Emilion à des entreprises, et non à des parcelles (première erreur), où qu'elles soient situées dans l'AOC et quels que soient leurs sols (deuxième erreur), pour autant qu'elles respectent un cahier des charges aujourd'hui complètement dépassé; un exemple: le degré minimum y est vu comme un élément distinctif, alors que l'enjeu, aujourd'hui, est plutôt de limiter l'inflation de l'alcool...

Qu'est-ce que tout ça dit des vins et de leur fameux terroir? Rien. Alors de grâce, Messieurs de Saint Emilion, moins de blabla, moins de colifichets, s'il vous plaît, et plus de dégustations...

Réabolissons les Privilèges!

Et surtout, amis journalistes, critiques, sommeliers, arrêtons de nous laisser prendre à ce piège au goût de miel, arrêtons de préjuger du contenu parce qu'une quelconque autorité, Veritas, l'ODG, l'INAO ou le club de bridge local a déclaré que certains vins étaient plus chics que d'autres, se vendaient mieux ou plus cher; dépensaient plus en marketing ou en relations publiques; avaient une plus belle salle de dégustation, de plus jolis crachoirs...

Si l'on rentre dans ces considérations, alors l'argent va toujours à l'argent, seuls ceux qui vendent scandaleusement cher ou qui disposent de patrimoines personnels assez conséquents pour entretenir leur danseuse viticole peuvent accéder à la breloque suprême. Cela ne prouve absolument rien.

Refusons de colporter plus avant la bonne parole des autres! Ignorons cette hiérarchie qui fait fi de nos propres papilles! Réétablissons notre vérité, certes subjective, mais honnête. Ne nous laissons plus influencer par la fausse gloire, le prix de vente, l'histoire passée du domaine ou l'entregent de son propriétaire. Déclarons notre indépendance! Quittons ce cirque! Abolissons les privilèges et laissons parler le vin!

Jugeons les Saint Emilion dans le verre, à l'aveugle. Les grands crus, les petits crus; les classés, les non classés;  les historiques, les parvenus; les riches, les pauvres, les vaniteux, les méritants, les gentlemen farmers et les damnés de la vigne, ceux qui se poussent du col et ceux qui font juste pousser du raisin; tous, je vous dis. Enfin, tous ceux qui veulent bien prendre le risque de se frotter à mois célèbres, à moins cotés qu'eux...

Tiens, ça fait longtemps que je n'ai pas bu d'Ausone...

Nunc est bibendum. Gloria, gloria, Saint Emilion!

Hervé Lalau

Prud'homme de Saint Emilion


PS. Vous êtes d'accord avec moi? Vous en avez marre des gens qui vous disent à l'avance si le vin doit être bon ou pas? Laissez-moi donc un commentaire!

00:04 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : bordeaux, saint émilion, classement, dubourdieu | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |