02 mai 2013

Vous avez dit IGP?

Ils représentent 30% des ventes de vins en France, et pourtant, 74% des consommateurs français ne les connaissent pas. Ils, ce sont les vins à Indication Géographique de Provenance

Il faut dire que dans bien des cas, figure toujours sur l'étiquette la mention qu'ils sont censés remplacer depuis 2010: vin de pays.

Alors pourquoi se donner la peine de remarquer la nouvelle mention?

Est-ce qu'on nous rejouerait le coup des anciens francs?

Même le syndicat qui réunit ses producteurs s'appelle toujours la Confédération française des Vins de pays!

Qoui qu'il en soit, les IGP sont aujourd'hui 75 (et un petit nombre d'entre elles ne sont pas des anciens vins de pays, mais d'anciens VDQS). Au contraire des AOP, qui promettent un lien au terroir, les IGP ne proposent qu'un lien au territoire. La nuance est d'importance - les cahiers des charges sont plus souples, l'encépagement plus large.

35.000 viticulteurs en produisent en France, pour un total de 12 miliions d'hectos.

 

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

01 mai 2013

Top Chef - et pourquoi pas un Top Vigneron?

Attention, bille bête et méchant.

Top Chef 2012-2013 s'achève, bravo à la gagnante, regrets pour Florent, et en Belgique, pour Jean-Phi.

On a les héros qu'on peut (je parle des trois, pas seulement du Belge), personnellement, je ne vois pas à quoi sert ce genre d'émission. Croyez-vous que le niveau de cuisine deans les familles françaises va progresser? Que le niveau de cuisine dans les restaureants français va progresser? J'ai mes doutes.

La réalité de terrain ne plaide pas pour ça. Les charges, le micro-ondes, le "y a plus qu'à réchauffer" non plus.

De toutes façons, il me faut vous l'avouer, je ne suis pas "client" des émissions de ce genre, de ces "écoles cathodiques", que ce soit The Voice, Star Academy ou Top Chef.

Je n'aime pas le voyeurisme, je n'aime pas la personnalisation du métier poussée à ce point; je n'aime pas les coaches qui se la pètent, qui crient, qui prennent leurs "élèves" pour de la merde et devant des millions de gens. J'abhorre ce côté adjudant des mes deux, tout autant que la mise en boîte sensationnaliste, la compétition malsaine,  la tension qui monte, la larme facile, les familles qui exultent ou se désespèrent...

Le plus drôle, c'est qu'à force de montrer leur tronche, les candidats deviennent presque des vedettes. J'en ai rencontré un, l'année dernière, dans un voyage; demi-finaliste, ou quelque chose comme ça; il fallait voir comment les attachées de presse se le choyaient...

Mais les chiffres d'audience sont là: les "vrais gens" adorent. Peut-être que ça les change du bureau... 

Moi, je préfère encore regarder un documentaire sur sur les poulpes; au moins, j'ai l'impression qu'ils sont sincères, les poulpes. Vive les poulpes! Ils n'en font jamais trop.

Quoi qu'il en soit, je m'étonne que la formule ne soit pas mieux exploitée; à quand un Top Shampooigneuse

Et surtout, à quand un Top Vigneron?

On filmerait la taille, la vendange, les vinifs, et on donnerait des points à chaque épreuve. Le jury serait consitué de sommeliers, de critiques viticoles et de viticulteurs sur le retour...

Chiche!

 

21:18 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |