13 avril 2013

Beaujolais (suite): pèlerinage à Vauxrenard

Vauxrenard est un charmant petit village du Beaujolais, à l'Ouest de Fleurie ou au Sud de Juliénas, comme vous préférez. Sur la carte, ça paraît tout proche de la "civilisation" - je veux dire des grandes voies de passage.

Mais même avec un GPS, ce n'est pas si évident. Et puis ça tourne pas mal. Bref, il faut une bonne raison pour y aller.

photo.JPG

 

Moi, je l'avais: rencontrer, en chair et en os, une personne que j'apprécie beaucoup, une femme avec qui j'ai noué, au travers des blogs, une sorte d'amitié virtuelle, j'ai nommé Isabelle Perraud, des Côtes de La Molière.

J'aime son honnêteté, j'aime sa franchise, sa force de conviction, sa passion; j'aime aussi sa façon de remettre le vin dans un ensemble bien plus vaste, la vie, celle du vigneron, celle du consommateur, celle de la planète.

Certains font le pélerinage de Bernadette à Lourdes, moi, j'ai fait celui d'Isabelle à Vauxrenard.

Eh bien, elle est encore mieux en vrai!

Pétillante comme un jeune Moulin à Vent sur son gaz. Naturelle.

Tiens, au fait, j'ai adoré son 2011. Sa droiture, son fruit un peu espiègle (on dirait Isabelle!). Sa "buvabilité". A peine 12°! Et pourtant, ce n'est pas fluet, non, c'est fluide, nuance. Et puis le grain de sel sur la langue en fin de bouche...

Je n'avais pas beaucoup de temps, on m'attendait à Epernay, et je n'étais pas trop sûr de la route pour redescendre à Mâcon (je me suis perdu, d'ailleurs).

Alors, je suis parti trop vite, un peu comme un voleur. Avec deux bouteilles sous le bras (merci!), et puis surtout, le souvenir de moments précieux passés en compagnie de gens vrais. Isabelle, bien sûr, et puis Bruno, son mari, dans genre un peu plus taiseux, peut-être, mais pas moins intègre dans sa démarche.

A bientôt, j'espère!

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, France | Tags : côtes de la molière | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

09 avril 2013

Un deuxième référendum en Alsace

On votait, hier, en Alsace, pour savoir s'il faut ou non fusionner les conseils généraux des deux département de cette belle région dans une seule collectivité territoriale. La réponse a été négative, mais ce n'est pas une raison pour s'arrêter là.

Puisqu'on en est à des débats de fond, qui "impactent" la vie des gens, comme on dit en jargon moderne, je propose qu'on tienne immédiatement un second référendum.

La question serait la suivante:

Faut-il interdire le cépage Auxerrois dans les cuvées portant le nom de Pinot Blanc, et ajouter Auxerrois dans la liste des cépages qui peuvent être mentionnés séparément sur les étiquettes des vins d'Alsace?

A ma connaissance, il s'agit de la seule dénomination en France qui autorise de mettre un cépage sous la mention d'un autre - à part, bien sûr, Clairette de Die (à majorité composée de muscat) et le Picpoul de Pinet. Et oui, le Picpoul est issu de Piquepoul, et mis à part pour la célèbre Dictée de Pivot, peut-être, je ne vois guère l'intérêt de cette graphie différente.

Quitte à simplifier...

Surtout qu'il paraît que l'heure est à la transparence!

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Alsace, France | Tags : picpoul, piquepoul, pinet, auxerrois, pinot blnac, alsace, vin, clairette de die | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |