01 mai 2013

Top Chef - et pourquoi pas un Top Vigneron?

Attention, bille bête et méchant.

Top Chef 2012-2013 s'achève, bravo à la gagnante, regrets pour Florent, et en Belgique, pour Jean-Phi.

On a les héros qu'on peut (je parle des trois, pas seulement du Belge), personnellement, je ne vois pas à quoi sert ce genre d'émission. Croyez-vous que le niveau de cuisine deans les familles françaises va progresser? Que le niveau de cuisine dans les restaureants français va progresser? J'ai mes doutes.

La réalité de terrain ne plaide pas pour ça. Les charges, le micro-ondes, le "y a plus qu'à réchauffer" non plus.

De toutes façons, il me faut vous l'avouer, je ne suis pas "client" des émissions de ce genre, de ces "écoles cathodiques", que ce soit The Voice, Star Academy ou Top Chef.

Je n'aime pas le voyeurisme, je n'aime pas la personnalisation du métier poussée à ce point; je n'aime pas les coaches qui se la pètent, qui crient, qui prennent leurs "élèves" pour de la merde et devant des millions de gens. J'abhorre ce côté adjudant des mes deux, tout autant que la mise en boîte sensationnaliste, la compétition malsaine,  la tension qui monte, la larme facile, les familles qui exultent ou se désespèrent...

Le plus drôle, c'est qu'à force de montrer leur tronche, les candidats deviennent presque des vedettes. J'en ai rencontré un, l'année dernière, dans un voyage; demi-finaliste, ou quelque chose comme ça; il fallait voir comment les attachées de presse se le choyaient...

Mais les chiffres d'audience sont là: les "vrais gens" adorent. Peut-être que ça les change du bureau... 

Moi, je préfère encore regarder un documentaire sur sur les poulpes; au moins, j'ai l'impression qu'ils sont sincères, les poulpes. Vive les poulpes! Ils n'en font jamais trop.

Quoi qu'il en soit, je m'étonne que la formule ne soit pas mieux exploitée; à quand un Top Shampooigneuse

Et surtout, à quand un Top Vigneron?

On filmerait la taille, la vendange, les vinifs, et on donnerait des points à chaque épreuve. Le jury serait consitué de sommeliers, de critiques viticoles et de viticulteurs sur le retour...

Chiche!

 

21:18 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Honneur à l'Honneur du Vin (et down with Hill)

J'aime beaucoup le site "Honneur du Vin". D'ailleurs, je le cite assez souvent.

D'abord, il est informatif, précis, bien renseigné. Ce n'est pas le cas de tout le monde dans la filière vins, et c'est dommage. Cette filière a moins besoin de poètes, aujourd'hui, que de juristes pour contrer les partisans de l'abstinence - selon le principe "zéro consommation, zéro responsabilité, réglons le problème en supprimant le produit" - même si ce n'est pas le bon produit.

Car Honneur du Vin défend, non pas l'indéfendable, mais le vin. Un produit de culture, une consommation modérée.

En plus, il a de l'humour - une chose que les anti-vins n'auront sans doute jamais, formolisés qu'ils sont dans leurs certitudes et leur bien-pensance institutionalisée, subventionnée, labélisée "Made in Santé".

La preuve avec ce billet, le "Principe de Hill" (du nom d'une des chiennes de garde de l'anti-vins, récemment lâchée au beau milieu du Sénat):

Je vous en cite une phrase, raccourci saisissant légèrement détourné de l'objectif premier de la dame, évidemment, sinon ce ne serait pas drôle...

"Moins les Français consomment de vin, plus le nombre de décès attribuables à l'alcool augmente en France".

Le reste, à vous de le lire ICI

En ce jour de premier mai, caramades buveurs, ne lâchons rien, continuons le combat.

No pasaran!

00:23 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |