13 septembre 2013

Chaptaliser, non, enrichir, oui!

Mes amis de Vitisphère précisent ce matin que "Le préfet de région a signé les arrêtés préfectoraux concernant les demandes d’enrichissement déposés par plusieurs IGP du Languedoc-Roussillon. Comme pour les VSIG, seul l’enrichissement par moûts concentrés (MC) et moûts concentrés rectifiés (MCR) est autorisé cette année. Le préfet a tenu compte des avis de l’INAO, de la DIRECCTE et de la DRAAF, qui allaient tous dans le même sens. Les demandes d’autorisation de chaptalisation qui avaient été déposées conjointement par les fédérations IGP du Gard, de l’Hérault et de l’Aude ont donc été rejetées."

Je trouve qu'on joue sur les mots.

C'est un peu comme "Flirter, ce n'est pas tromper".

Ajouter du moût concentré, c'est une autre forme de chaptalisation, d'enrichissement. Et qui devrait être tout à fait inutile au Sud de la Loire. De même que l'osmose inverse et la cryoextraction.

Que cherche-t-on en enrichissant le moût? A obtenir plus d'alcool encore, alors que c'est déjà un problème?

Ou bien, à pouvoir récolter plus tôt, pour produire plus et à moindre coût? Ne produit-on pas trop, déjà, dans le contexte actuel de baisse de la consommation? Demanderez-vous ensuite qu'on distille l'excédent?

Cette dérogation préfectorale devrait appartenir au passé.

1907_Vigne_vs_Sucre.jpg

"Le Vin Naturel du Sud triomphe du Sucre du Nord" (1907)

 

Je parle comme consommateur, évidemment. Quitte à déplaire à mes amis producteurs. Mais qui aime bien châtie bien.

Au fait, n'est-ce pas dans ce beau Languedoc, en 1907, que des viticulteurs se sont révoltés pour qu'on puisse interdire tous les vins "falsifiés", "gonflés", "édulcorés", les vins "chimiques", et qu'on en revienne au vin "naturel"?

Honneur à Marcelin Albert!

Pourquoi, 100 ans plus tard, ne pas faire votre vin avec les raisins que la vigne vous donne?

Vous me trouvez simpliste? Pas plus que le consommateur lambda, qui ne connaît rien de votre tambouille. Lui prend pour argent comptant les jolis slogans du terroir français, et gobe vos communiqués de victoire sur la qualité du millésime.

Mais au fait, si l'on rectifie le millésime, est-ce toujours le millésime?

08:55 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Charles de Courante... pardon, de Courance

C'est mon confrères Rayon Boissons qui annonce ce scoop: "Carrefour vient de relooker la présentation de sa gamme de champagnes à marque de distributeur. Nettement plus petite, l’étiquette se découpe désormais en deux blocs  la partie supérieure est réservée à la marque et celle du bas, dans un cartouche rouge (bleu pour le demi-sec), contient la mention « brut », le degré d’alcool et la contenance.

La coiffe dentelée est passée à un doré plus sobre. On y retrouve désormais le blason de Charles de Courance sur un fond rouge".

Un blason, Charles de Courance? Ce type serait donc noble? Mais où bulle-t-il? Quel est son fief?

Il existe bien un Courances, avec un "s", près de Milly-La Forêt, dans l'Essonne. Mais je ne vois pas le rapport.

Il y a aussi son cousin, Carlos de Courante, marquis espagnol (également Conde del Cava de la Turista).

Pour les fans d'héraldique, voici les armoiries en question:

"A la bulle d'azur sur fond d'or, aux trois caisses enregistreuses de foutage de gueules".

 

 

07:13 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne, France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |