13 juin 2013

Non, je ne vais pas à Vinexpo!

C'est fou le nombre d'invitations que je reçois pour des dégustations ou des animations organisées sur Vinexpo.

Plus alléchantes les unes que les autres; des petites appellations dont on entend presque jamais parler se mettent à exister. Des producteurs aphones toute le reste de l'année font le buzz pour un jour - il paraît qu'on a tous notre quart d'heure de gloire. Moi je l'attends toujours.

Bref, c'est ze place to be.

Dommage, je n'y vais pas. Je vous explique.

D'abord, la période est délicate: mes enfants passent des examens, alors je fais le taxi.

Tous les deux ans c'est pareil, je me dis que Vinexpo va changer ses dates pour moi, et puis non, c'est toujours à la mi juin.

En outre, j'ai déjà donné. Plusieurs fois. Pour Prowein aussi. L'essai n'a guère été concluant.

Unknown-1.jpeg

Pour des acheteurs qui veulent renouer un contact avec leurs fournisseurs, ou en trouver de nouveaux, ça doit être intéressant; mais le journaliste, lui, est non seulement perdu au milieu de tous ces stands, mais pour peu qu'il en trouve un à son goût, celui ci est souvent pris d'assaut, le producteur n'a pas toujours le temps, on déguste en coup de vent, c'est de l'abattage.

"Un monde d'opportunités", qu'ils disaient. Moi je dis, qui trop embrasse, mal étreint.

Bien des oenophiles aimeraient assister à ces grand' messes du vin; ne pensez pas que je suis blasé mais moi, elles ne m'attirent plus guère.

En matière de salon, je préfère les salons à thème, comme celui des Vins de Loire ou Vinisud (auxquels je ne vais pas systématiquement). Et puis surtout, je préfère visiter les vignerons. L'émotion de la rencontre. Sinon, autant recopier les contre-étiquettes et les fiches d'analyse.

Voila pourquoi votre fille est muette - euh, je veux dire, voila pourquoi vous ne me verrez pas à Vinexpo. Ca ne veut  donc pas dire que je suis mort ou en taule.

Et à tous ceux qui y seront: bonnes dégustations!

09:41 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Vins de tous pays | Tags : vinexpo, salon, vin | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

10 juin 2013

Mise en boîte

Après le bag in box, le verre en plastique, la brique, voici la cannette. Le Figaro a l'air de le découvrir, mais j'en ai déjà bu plusieurs - notamment du Prosecco (pas bon, d'ailleurs).

Alors bien sûr, je pourrais vous la faire puriste, ouh là là, mais en déifinive, ce qui m'intéresse, plus que le contenant, c'est le type de consommation (le vin pourrait-il remplacer la vodka dans les boîtes... de nuit, et si oui, serait-ce un mal?), le public cible et la qualité de ce qu'on mettra dedans...

PHOf5ac0c60-d109-11e2-af79-dcf51f59b0c4-805x453.jpg

Le vin cité par l'article, le Corbières du Château de L'Ille, n'est pas un inconnu pour moi: il s'agit d'une propriété proche de La Clape, naguère détenue par un groupe belge d'assez mauvaise réputation, Geens. Sa spécialité, à l'époque: les mélanges d'AOC mais aussi l'aromatisation. Tout un arsenal de petit chimiste avait été saisit en Belgique par les enquêteurs, à la fin des années 90. Espérons que tout cela n'est plus que du passé... Ce n'est pas parce qu'on se vend dans les même boîtes que le cola qu'on adopte forcément les mêmes procédés de fabrication...

De toute façon, depuis 2008, le Château de L'Ille appartient à un ancien dirigeant de Canal Plus, Henri Joubaud.

Plus ICI

 

17:22 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |