12 mai 2013

Elles viennent d'où, vos Poires d'Anjou?

Je peste assez souvent contre les appellations pour ne pas avoir le droit, de temps à autre, de les défendre.

Je ne parle d'ailleurs pas seulement des appellations d'origine contrôlées, je parle des mentions d'origine en général.

Je regrette que des noms comme Camembert, Gruyère ou Charentais (pour le melon du même nom) puissent être utilisés à tort ou à travers... C'est là le résultat de la convention de Stresa, qui, dans les années 20, a fait tomber dans le domaine public bon nombre de mentions communément employées dans le monde - bien qu'il s'agisse, au sens strict, d'usurpation.

Les Américains aont ainsi le plaisir de manger du Swiss cheese qui ne vient pas de Suisse. Dans d'autres cas, on joue sur les mots, le yaourt à la grecque de Danone vient d'Espagne, le Briardenne n'est pas de Brie, etc...

Mais quid des Poires d'Anjou?

IMG_2495.jpg

A première vue, quand vous achetez ces fruits, vous pensez connaître l'origine, vous avez déjà en bouche la Douceur Angevine que vantait du Bellay...

Oui, mais regardez mieux sur l'étiquette, en petits caractères: ces poires ne viennent pas d'Anjou, et même pas de France. Elles sont argentines. Le label bio européen, la feuille étoilées, n'est pas une garantie d'origine.

Voila qui me rappelle furieusement l'histoire la ratatouille niçoise de Castelnaudary, celle de Reflets de France (Carrefour). En plus international. Tiens, je n'ai jamais eu de réaction de Carrefour.

Mais qu'est-ce qu'une world company comme Carrefour peut bien avoir à faire d'indications de provenance, et de petits blogueurs comme moi?

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Argentine, Belgique, France | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

10 mai 2013

Honneur à Jacques Dupont... mais qu'il ne vous dégoute pas des autres!

Très belle défense et illustration de la culture du vin par Jacques Dupont (Le Point), ce soir sur RTL.

Au micro de Bernard Poirette, qui ne cachait pas sa jubilation, Dupont a su faire passer sa passion - la nôtre - pour le noble breuvage. Il a su faire la part du vin et celle de l'alcool, la part de la culture et celle de la boisson, la part du lobby hygiéniste et celle du politique. Et qui plus est, à une heure de grande écoute. De quoi faire rager plus d'un laboratoire pharmaceutique; de quoi rajeunir M. Cahuzac, M. Got, M. Evin.

C'était intelligent, c'était fin comme un grand Bourgogne, plein d'esprit, plein de verve. Tous ces arguments, j'aurais pu les reprendre à mon compte.

Que ça faisait du bien d'entendre quelqu'un qui vous prend pour un buveur responsable, quelqu'un qui ne vous vend pas de soupe ni de came, et qui ne vous infantilise pas!

Dupont venait notamment présenter son dernier livre: "Invignez-vous", chez Grasset. 140 pages touffues où il paraît qu'on trouve de quoi étancher sa soif de culture viticole.

41m5Pntrh8L._.jpg

A lire d'urgence, de toute évidence!

J'ai moins aimé, en toute fin d'interview, son petit couplet sur le journaliste intègre, qui ne participe pas aux voyages ni aux déjeuners de presse. Tant mieux pour lui si Le Point est d'accord d'investir dans la maison Dupont. Tant mieux pour lui si le Point lui paie tous ses frais, sans rien demander aux interprofessions ni aux châteaux, et sans se rembourser sur la publicité. Même pas au travers de son "Spécial Vins". Indépendance totale et superbe. C'est comme ça que ça devrait se passer partout.

Mais nous sommes pas mal d'autres scribouillards à vivre (plutôt mal) en tant qu'indépendants; et nous, les besogneux de la plume, bouffons au ratelier qu'on veut bien nous laisser. Pourtant, ça ne fait de nous ni des charognards, ni des mercenaires, même pas des obligés; nous savons, pour la plupart, quelle est la main qui nous nourrit vraiment: celle du lecteur, celle du consommateur, et c'est à lui que nous devons nos jugements, notre vérité, l'information que nous recueillons au fil de nos voyages ou de nos déjeuners.

Marre qu'on nous fasse passer pour ce que nous ne sommes pas! Chroniqueurs honnêtes de tous pays, indignons-nous!

invignez-vous, jacques dupont, le point, vin, évin

 

19:09 Écrit par Hervé Lalau dans France, Vins de tous pays | Tags : invignez-vous, jacques dupont, le point, vin, évin | Lien permanent | Commentaires (20) | | | |