26 juin 2013

Bourgogne Gamay, plus vendeur que Beaujolais Villages?

C'est Vitisphère qui l'annonce: "Mommessin présentait sur Vinexpo sa toute nouvelle cuvée Grand Granite, une version haut de gamme de l’appellation Bourgogne Gamay. «L’idée est de mettre en avant les grands terroirs de granit que l’on trouve dans les crus du Beaujolais», explique François Jaubert, directeur technique de la société. Cette cuvée est issue de vignes de Gamay de trois crus du Beaujolais: Moulin-à-Vent, Morgon, Brouilly, terroirs qui donnent «les vins les plus capiteux de la région».

Mais pourquoi ne pas vendre cette cuvée sous le nom de Beaujolais Villages?

IMG_2370.jpg

Pas en Bourgogne, non - à Pouilly le Monial, en Beaujolais... (photo H. Lalau)

Comment Bourgogne Gamay, appellation régionale et peu usitée peut-elle être plus valorisante que Beaujolais ou Beaujolais Villages, surtout pour une cuvée prétendument "haut de gamme" et connotée terroir?

Et surtout si l'on parle de mettre en avant les granites du Beaujolais!

Déjà, j'ai du mal à comprendre la réflexion qui soustend la mise en place des Coteaux Bourguignons (pour moi, à peine une IGP, vu la variété des sols et des micro-climats).

Mais un Bourgogne Générique Haut de Gamme produit sur les meilleurs terroirs du Nord Beaujolais, là, je voudrais vraiment qu'on m'explique la démarche. Est-ce que c'est juste de l'opportunisme marketing? Ou j'ai loupé un épisode?

Granites ou terres dorées, vive les terroirs du Beaujolais - quand même!

03:25 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, Bourgogne, France | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

25 juin 2013

Le vin, c'est le pied!

"Le vin, c'est le pied!"

J'offre ce slogan à la future Cité des Civilisations du Vin, dont la première pierre vient d'être posée à Bordeaux.

51c81e0944f55.jpg

L'idée m'est venue tout simplement; non autour d'un verre de bon Bordeaux, juste en contemplant la maquette du futur centre. Ne dirait-on pas un pied?

En tout cas,  c'est un sacré pied... de nez à l'architecture 18ème de la Place des Quinconces...

Si les vins de la région sont appelés à connaître un tel changement de look, on ne parlera plus longtemps de "classicisme" pour les Bordeaux.

 Ah, j'oubliais. Combien, pour cette rutilante godasse, pour cette rock & grolle? Et qui paiera?

Ce n'est pas que je sois spécialement grognon, ce matin, mais c'est la crise, non?

Alors si l'Etat, la région et des investisseurs privés (dans l'ordre que vous voulez) ont assez d'argent pour financer des pompes en or, peut-être pourrais-je inscrire ce blog sur la liste des priorités de subventions? Après tout, moi aussi, je travaille pour la civilisation du vin...

Je souhaite en tout cas à ce pharaonique projet plus d'avenir que la défunte Cité Mondiale des Vins & Spiritueux, également à Bordeaux...

 

08:20 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |