09 juin 2013

Ventes à la propriété (point com) et la RVF

On peut difficilement de pas entendre les pub du site www.ventealapropriete.com sur les radios, vue l'abondance des spots.

Et c'est efficace, puisque cela m'a amené à m'y intéresser. J'ai donc été surfer sur leur site.

Je voulais d'abord vérifier comment étaient sélectionnés les vins.

Sur ce chapître, j'ai été rassuré: le premier des trois sélectionneurs n'est autre qu'Olivier Poussier, qu'on ne présente plus; et que je respecte d'autant plus que je l'ai vu à l'oeuvre (notamment en Corse). Le deuxième est M. Martray, le sommelier de l'Albert Premier à Chamonix - un établissement que je ne fréquente guère, mais qui a bonne réputation; le benjamin de l'attelage est un jeune chroniqueur de la RVF, Alaric de Portal.

visuel_comite_1.jpg

De Portal, Martray, Poussier

Ma question est donc la suivante: Poussier et de Portal participant aux dégustations de la RVF, et en ce qui concerne le second, aux dégustations du guide de la RVF, comment font-ils pour ne pas mélanger les genres? Je veux dire, comment font-ils pour ne pas favoriser les vins qu'ils sélectionnent pour Ventes à la Propriété (point com) dans les sélections qu'ils font pour la RVF? D'autant que si j'en juge par la vidéo, les vins ne sont pas dégustés à l'aveugle chez Ventes à la Propriété.

Je ne fais pas de procès d'intention, je demande juste qu'on m'explique, sans parti pris.

00:46 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (10) | | | |

08 juin 2013

Qui a inventé l'hyper? Pas Leclerc, ni Carrefour, en tout cas!

LSA, le magazine du Grand Commerce, consacre un dossier à la question existentielle suivante: "qui a inventé l'hyper?"

Il faut dire que Leclerc avait préalablement fêté l'anniversaire de la machine à vendre dans les colonnes du Parisien.

LSA s'est donc cru obligé de rappeler que l'hyper est né à Sainte Geneviève des Bois, en 1963, et avec lui, le nom de Carrefour (le magasin était installé à un croisement).

Mais LSA a tort. Car le premier hyper est belge. Il a ouvert ses portes deux ans avant le Carrefour de Saint Geneviève, à Auderghem, sous l'enseigne Super Bazar. Son originalité: associer un discount store non alimentaire, de style américain  à un supermarché en libre-sevice de type européen. Le Super Bazar d'Auderghem avait une surface de 9100 m2 à son ouverture, ce qui le classait bien d'emblée dans la catégorie de l'hypermarché, même si le nom et la définition n'ont été inventés qu'après.

Je ne suis pas un grand partisan de cette formule du tout sous un même toit, qui fait parcourir des kilomètres au clients, les incite à vider leur portefeuille et pressure les fournisseurs.

Mais tout de même, tant qu'à fêter un anniversaire, fêtons le bon et rendons aux Belges ce qui leur appartient!

12:21 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France | Tags : hypermarché | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |