15 juin 2016

Euro 2016: ça, c'est un titre!

La rédaction des sports du Figaro a fait très fort...

Roumanie.jpg

 

 

19:10 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire, Roumanie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

08 juin 2016

De Boüard vs Saporta

Le procès en diffamation intenté par Hubert de Boüard à Isabelle Saporta pour certains passages de son livre Vinobusiness commence demain à Paris.

La journaliste citera plusieurs professionnels ou ex-professionnels pour sa défense, dont deux propriétaires de domaines écartés lors du dernier classement de Saint Emilion.

Interrogée par nos confrères de Sud-Ouest, Mme Saporta s'est dite "sereine", tout en ayant "de la peine à comprendre la stratégie du viticulteur, avec cette plainte". Pour elle, ce procès est "une forme d'intimidation à l'encontre des journalistes pour leur dire ne pas recommencer. Je ne veux pas faire du misérabilisme mais nous ne jouons pas dans la même cour. M. de Boüard s'offre un des meilleurs cabinets d'avocats parisiens et pour lui, c'est peanuts. En face, cela cela coûte de l'argent, prend beaucoup de temps, ce n'est vraiment pas très agréable."

Craindrait-elle une justice de classe qu'elle ne s'exprimerait pas autrement. Il est vrai que son livre lui-même semblait s'inspirer de la lutte des classes.

Mais pour ce qui est des autres journalistes, qu'elle se rassure: nous ne céderons à aucune forme d'intimidation; même pas la sienne.

Mme Saporta n'a jamais caché le peu d'estime qu'elle a pour les journalistes spécialisés en vins, tous coupables d'après elle de copinage, de pusillanimité ou d'intéressement. J'ai déjà eu l'occasion de réfuter cette thèse; je suis d'autant plus à l'aise pour le faire que je ne me rends jamais aux Primeurs de Bordeaux, et n'ai donc pas à craindre la  mort professionnelle à laquelle devrait me réduire, selon, elle, mon peu d'intérêt pour l'establishment de Bordeaux.

Face aux riches, aux puissants du vin et à leurs suppôts, je ne doute pas que Mme Saporta trouvera tout le soutien qu'elle mérite. Mais pas le mien, vous l'avez compris.

 

18:40 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |