08 juillet 2013

Le Saint Véran de Michel Chavet

Sixième génération de Chavet sur le domaine, Christelle et Christophe Chavet exploitent 10 hectares en appellation Saint-Véran, sur la commune de Davayé (non loin du fameux lycée agricole, pépinière de bien des talents dans cette région du Sud-Bourgogne).
Les sols sont argilo-calcaires, émaillés de cailloux orangés de type «pierre à fusil». En règle générale, les vins du cru sont ont à la fois le gras des climats déjà presque solaire, et la fraîcheur issu d’une minéralité de bon aloi.

Vous aimez le fruit? Vous aimez le rapport qualité-plaisir/prix? Le potentiel de garde? Pensez au Mâconnais...

saint véran,mâconnais,bourgogne,vin,chavet

La Roche de Solutré

Michel Chavet & Fils Saint-Véran 2007
Vert tendre d’une profondeur luminescente, il respire la fraîcheur, la rosée du matin, celle qui accroche ses gouttelettes aux fleurs de sureau et d’aneth. Fougère, aiguilles de pin et mousse complètent le tableau bucolique. Vif en bouche, équilibré d’un gras de bon aloi, il coule sur les papilles, les aguiche de sa tension citronnée, s’assagit un peu pour proposer pâtes de noisette et d’amande. 
Charmeur, il correspond bien à ce qu’on attend des beaux blancs de Bourgogne Sud. Plus élégant que pointu, son gras plaît autant que l’ampleur de sa structure, deux facteurs qui lui donnent du volume, une bouche en rondeur, sans négliger la fraîcheur.

Chardonnay 100% (8000 pieds à l’hectare), vinification en cuve inox, élevage idem 6 mois sur ses lies fines.
Toutes les cuves font la malo. 13° d’alcool.

saint véran,mâconnais,bourgogne,vin,chavet

 

Avec l'aimable concours de Marc Vanhellemont

11:07 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, France | Tags : saint véran, mâconnais, bourgogne, vin, chavet | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

06 juillet 2013

Une côte de première catégorie: Côte Rôtie

Pardonnez l'allégorie cycliste - je n'ai pourtant rien d'un passionné de la pédale.

Mais ce jeudi, In Vino Veritas consacrait une session de dégustation à l'AOC Côte-Rôtie, qui nous a emmené au sommet.

J'y étais, et je peux témoigner: c'était une des plus belles séries de vins auxquels j'ai eu le plaisir de goûter...

27 vins de Côte Rôtie, dans les millésimes 2010 et 2011. Rien à jeter. Rien qui vous donne vraiment envie de cracher - ou si peu.

 

800px-Terrasse_de_Côte_Rôtie_en_hiver.jpg

Photo: Karen

Bon, d'accord, un ou deux vins un peu trop boisés qui se la jouent grands crus du Bordelais - quelle erreur quand on a la chance d'être une syrah du Nord du Rhône! Mais rien de rédhibitoire.

Mes notes ne dont jamais descendues en dessous de 11/20 elles sont montées jusqu'à 16/20. Et encore, j'ai l'impression d'avoir été trop sévère, parfois.

Une fois les étiquettes dévoilées (car nous dégustons toujours à l'aveugle) j'ai aussi noté que les négociants, grands ou petits (Ogier, Chapoutier, Vidal-Fleury, Paul Jaboulet, Saint Cosme...) s'en sortaient très bien. Ils placent à peu près autant de bouteilles parmi nos sélectionnés que les caves particulières. C'est la marque d'un bon niveau de qualité d'ensemble. Parmi les caves particulières, à titre personnel, j'épingle Gérin, Cuilleron, Villard, Vernay et Patrick Bonnefond. Pardon pour ceux dont nous n'avons pas reçu d'échantillons; dans ce genre d'affaires, les absents ont toujours tort...

En moyenne, j'ai été très agréablement surpris par la qualité du fruit - expressif, griotte, fraise, framboise, mais jamais trop mur, jamais vulgaire. Sa fraîcheur, un petit côté acidulé, qui donne du punch et de la longueur au vin. La texture, aussi, des tannins suaves, ni trop verts ni trop rêches.

Je connais mal cette appellation. Mais j'ai l'impression qu'elle est faite pour moi!

Grosso modo, mes collègues et amis d'IVV partageaient mon enthousiasme. Et encore faudrait-il sans doute laisser  du temps à certains vins taillés pour la garde, plus fermés que les autres actuellement.

Sur la Côte Rôtie, les vignes escarpées montent à l'assaut du ciel. Jeudi, mes papilles aussi...

Maintenant, à vous de découvrir ou de redécouvrir cette appellation dont le prestige, pour une fois, ne me semble pas usurpé. A vous de vous faire votre avis!

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |