27 août 2013

Maury Domaine des Schistes Cuvée La Cerisaie 2008

Cette Cerisaie-là ne nous emmène pas chez Tchekhov mais chez Nadine et Jacques Sire, au Nord des P.O.

maury, sire, schistes, la cerisaie, tchékhov

Photo H. Lalau (c)

A l’aveugle, certains l’auraient bien pris pour un Porto Vintage. Mais non, c’est un Maury pur jus, pur grenache, pur schistes bruns. Pur cerise aussi. Avez-vous déjà croqué une burlat bien mûre, sur l’arbre, l’avez-vous déjà fait exploser en bouche, avant de recracher le noyau? C’est à peu près ce qui se passe ici. Arrivent ensuite les notes de moka et de café vert.

Au palais (d'été), la structure est superbe, des tannins robustes viennent soutenir le fruit et une note poivrée vient relancer la fin de bouche. Malgré l’alcool, malgré le sucre, malgré la richesse, ce vin ne lasse jamais, il déboule, il coule, il roule dans la bouche, étonnamment  fluide.

Et sature nos synapses en joie.

A retrouver parmi les Coups de Coeur d'IVV, dans le numéro d'octobre d'In Vino Veritas...

00:10 Écrit par Hervé Lalau dans France, Roussillon | Tags : maury, sire, vin, vignoble, schistes, la cerisaie, tchékhov | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

25 août 2013

Un Provençal à l'accent bordelais

De passage en Provence, j'ai goûté quelques Coteaux d'Aix, dont des rouges, pour me faire une idée. Et notamment l'Oppidum des Cauvins rouge 2011.

La propriété se trouve au bord de la route d'Apt à Marseille, non loin de Rognes. Un petit écrin de nature méditerranéenne au relief assez accidenté, aux jolies pinèdes, et qui gagne à être connu.

IMG_2800.jpg

Le vin, lui, est dominé par le cabernet (si ce n'est dans la réalité de l'assemblage, c'est pourtant ce que je ressens). Il est plaisant, mais un peu déroutant dans le contexte.

Comme vin jugé pour lui même, il est irréprochable; mais le consommateur qui recherche l'assent provençal sera déçu. Éternel problème de la typicité... Qu'est-ce qui a bien pu pousser cette appellation dont le nom lui-même renferme une promesse de Provence à accepter un cépage aussi peu local?

A part ça, je ne peux décemment vous déconseiller ce vin.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Provence | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |