30 octobre 2013

Une Citadelle en Luberon

Le Luberon évoque pour beaucoup une terre de vacances un tantinet bobo.
Pour moi, c'est surtout le souvenir de quelques belles virées au début des années 80, quand j'habitais Orange.
Bonnieux, Apt, Gordes, les ocres de Rustrel, Lacoste...
A l'époque, on ne parlait guère des vins de la région. Aujourd'hui, ils ont l'AOP, ce prétendu sésame.

Voilà le décor plus ou moins planté. Le plus important, c'est qu'on y trouve de beaux vins.
Comme ce Domaine de la Citadelle, Cuvée Gouverneur Saint Auban 2009.

IMG_2639.jpg

La cuvée du Gouverneur Saint Auban


Cette Citadelle est ceinturée d'une belle palissade - la cuvée subit un élevage long en barriques; mais  celui-ci sait se faire assez discret pour que se révèlent au nez, de pleins paniers d'épices et de fleurs. Et puis cette souplesse, ce côté juteux et cette générosité qui sont la marque de fabrique des vins du Rhône. La finale légèrement mentholée apporte une touche de fraîcheur bienvenue.

A noter, du même domaine, les trois cuvées "Court Métrage", en IGP Vaucluse. Un clin d'oeil au producteur, Yves Rousset-Rouard, ancien producteur de cinéma.

Le domaine, situé à Ménerbes, dans un cadre exceptionnel, abrite un musée du tire-bouchon.

citadelle-vue-du-ciel-001.jpg

Le domaine de la Citadelle vu du ciel

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

29 octobre 2013

L'ornithorynque de la presse écrite: le journaliste de régie publicitaire

Extrait d'un très bref échange de courriels entre un newsmagazine hebdomadaire et un vigneron du Midi de la France à propos d'un prochain dossier publi-rédactionnel dans l'édition régionale du dit magazine (j'ai enlevé les noms, ils se reconnaîtront).

Objet : Parution dans XXXX

Bonjour,
 
Veuillez trouver ci-joint les renseignements concernant notre rubrique à paraître dans le XXXX en édition régionale (Rubrique publi-rédactionnelle "Spécial Noël, Bonnes Tables, Gastronomie & Richesse des Produits du Terroir...")

Je vous contacte prochainement pour vous donner de plus amples enseignements.

Bien Cordialement,

XXXX

Au passage, on notera la concision de l'offre. On a affaire à un pro. Pas de temps à perdre. Time is money.

De toute façon, le vendeur rappellera si affinités. Et puis, un pdf est joint au mail, avec les spécifications techniques et la mention suivante:

"Chaque publi-rédactionnel est réalisé par téléphone, par un journaliste de la régie qui prendra contact avec les différents intervenants souhaitant participer à cette opération.
Un bon à tirer (texte puis maquette) vous sera soumis pour accord avant parution.
Dans ce cadre, le tarif préférentiel de bouclage est de 189 € HT/module au lieu de 450 € HT".

Le deal d'enfer, quoi! C'est pas cher, c'est casher, je rédige mais tu approuves.

On notera aussi la concision de la réponse du vigneron:

"Pas la peine. Fauché comme les blés et pas un seul caviste en France.

Merci à vous,

YYYY"

A propos, le publi-rédactionnel, alias publi-info, publi-reportage, ou "galerie", c'est un peu comme le Canada Dry: ça a le goût d'un rédactionnel, d'un article de presse, mais ce n'en n'est pas un, car c'est payé; et donc rarement objectif. Contrairement au Canada Dry, ça ne contient aucune amertume, juste du miel. Il paraît même que les vrais journalistes ne s'y prêtent pas.

Au fait, c'est quoi, un journaliste de régie publicitaire? Une sorte d'ornithorynque? Mi-chair, mi-poisson? Mi-pute, mi-soumise?

13:26 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |