09 octobre 2013

ANPAA, vin, internet, national-socialisme et pédo-pornographie

Intéressante sortie du Président de l'ANPAA (association nationale particulièrement agressive des abstinents), le Sieur Elineau, cité par mon excellente consoeur Suzanne Mustacich:

"Speaking about the difficulty of policing the Internet, Elineau cited the Chinese government’s censorship of dissidents and Australia’s censorship of pornography and pedophilia as examples of ways the French could shut down discussion of wine in mediums such as Twitter and blogs. «When you see what happens with pro-Nazi websites, you see that there are ways of reacting».”

Assimiler la communication sur le vin à la pédo-pornographie ou au révisionnisme nazi, voila qui est nouveau.

Mais c'est peut-être bien que l'ANPAA lève ainsi le masque.

Si, pour son président, tout est bon pour arriver à ses fins, si même la dictature est acceptable pour museler la viticulture, pour faire le bonheur et l'abstinence des gens malgré eux, alors peut-être que nos élus vont enfin ouvrir les yeux, découvrir le calibre de ces gens, et les renvoyer d'où il n'auraient jamais du sortir: des labos pharmaceutiques. D'ailleurs, ne sentent-ils pas un peu le formol?

11:23 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

08 octobre 2013

Bois, c'est du belge!

Aujourd'hui, une fois n'est pas coutume, je vous parlerai des vins de Belges.

Attention, je n'ai pas dit vins belges. Mais bien de Belges.

Car si quelques Belges, encore rares, exploitent des domaines en Belgique, beaucoup plus nombreux sont ceux qui opèrent sous des cieux a priori plus favorables à la viticulture. La France, bien sûr, mais aussi l'Espagne, le Portugal, et même le Chili.

Certains se sont groupés pour plus d'impact promotionnel. Les magasins Carrefour de Belgique soutiennent la démarche en réservant un linéaire séparé à leurs vins; ceux-ci sont non seulement mis à part, en entrée de rayon, mais chaque vin bénéficie d'une collerette à son nom, avec la photo du vigneron ou de la vigneronne, et la mention Vigneron belge/Belgische Wijnbouwer.

vins de belges,marketing

Carrefour, c'est belge! (Photomontage H. Lalau)



Je ne doute pas que beaucoup de Belges sont flattés en découvrant ceux de leurs compatriotes qui mettent en valeur un coin de vignoble loin de chez eux.

Moi, comme Français expatrié en ce joli royaume, évidemment, ça me touche moins.

Je peux comprendre la fierté de Belges qui apportent capital, labeur et passion en des terres étrangères.

Mais je ne vois aucune raison (si ce n'est marketing) pour qu'on me les présente ensemble.

 

vins de Belges, marketing

Belgische wijnbouwers in Bordeaux


Vous m'accorderez, j'espère, que les vins d'un Belge installé à Bordeaux et ceux d'un Belge installé à Bourgueil ou à Santa Cruz ont moins en commun que deux vins de Bourgueil vinifiés, l'un par un Belge, et l'autre par un Français.

C'est un peu la même thématique qu'avec les vins de Femmes. Qu'on me prouve qu'il y a un dénominateur commun, une quelconque analogie entre ces vins, identifiable dans la bouteille par le consommateur!

Comme je ne crois pas que ce soit le cas, ni pour les femmes ni pour les Belges, je continuerai, faute de mieux, à me repérer à la région d'origine, au cépage et au nom du domaine plutôt qu'à la nationalité ou au sexe du propriétaire - qui n'est d'ailleurs pas toujours le vinificateur.

Ce concept des vins de Belges a certainement un intérêt commercial - sinon Carrefour ne l'aurait pas mis en route il y a deux ans, ni développé cette année. Il y a bien sûr un intérêt supplémentaire induit, pour cette chaîne française: réaffirmer son ancrage belge. Ca ne mange pas de pain et ça met un peu de sympathie dans le tiroir-caisse.

Quoi qu'il en soit, cela reste du marketing, et à ce titre, ça ne constitue pas pour moi une raison particulière de m'intéresser à ces vins.

J'ai pourtant de bons copains parmi les vignerons belges - Bernard Sirot, à Barsac (Château Closiot), Guido Jansegers, en Corbières (Château Mansenoble), Luc Charlier, en Roussillon (domaine de Coume Majou) ou Alain Vercouter, à Bordeaux (Château de Jabastas).

Je pense qu'il ne m'en voudront pas de préférer chez eux leur vin... à leur passeport.

A propos de vin belge - je veux dire, vinifié de raisins belges sur le sol belge, notons que la Belgique a été le seul pays, lors du dernières Vinalies internationales de Paris, à s'adjuger 100% de médailles. Le petit Royaume n'avait entré qu'on seul produit, un effervescent, la fameuse Cuvée Seigneur Ruffus Blanc de Blancs du Vignoble des Agaises Résultat: une médaille d'argent. C'est qu'à Haulchin (Hainaut belge), le climat n'est guère différent de celui de Reims. Et côté sols, vu que le bassin parisien, au sens géologique, ne connaît pas de frontières,  ses calcaires aiment lout autant e chardonnay. La Champagne n'a qu'à bien se tenir!

Juste pour ceux qui penseraient - à tort - que j'ai quelque chose contre les Belges, la Belgique ou la Belgitude. C'est que je ne tiens pas à me faire expulser, moi!

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Europe, France | Tags : vins de belges, marketing | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |