15 novembre 2013

La cave de Robert Curbières incendiée

Lu sur le site de la Confédération paysanne:

"Cette nuit, la cave de Robert Curbières, ancien porte-parole de la Confédération paysanne de l'Aude, a été vandalisée et dévastée par un incendie. Au-delà de la destruction du bâtiment et de son contenu, l'incendie aurait pu se propager à la maison attenante. La Confédération paysanne apporte son soutien au viticulteur et à sa famille, ainsi qu'au jeune viticulteur dont la récolte était aussi dans cette cave. Nous condamnons cet acte inqualifiable.
Robert Curbières est un militant très investi dans la défense des viticulteurs de la région. Aucun engagement syndical ne peut venir justifier une telle violence. Mais il comme le dit, «ce n'est pas ce qui m'empêchera de continuer à me battre».

Robert Curbières est producteur de vin bio au Château Ventaillole, petit domaine de 4,5 ha à Ventenac-Cabardès.


domaine-ventaillole.jpg


06:56 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : curbières, ventaillole, aude, incendie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Banyuls, Aspres, Montana

Il y a Banyuls et Banyuls.

Banyuls sur Mer, le plus connu, celui qui donne son nom aux VDN éponymes. Et Banyuls des Aspres, d'où vient ce rouge du Château Montana 2008.

Les Aspres sont un petit massif montagneux au Sud-Ouest de Perpignan; premiers contreforts des Pyrénées, au pied du fameux pic du Canigou, elles s'élèvent à mesure que l'on chemine vers l'ouest, alternant collines et gorges. Aspre veut dire aride en catalan. Côté sols, les galets roulés alternent avec les graves, les sables et les limons. La zone abrite des vignes, mais aussi des vergers et surtout des garrigues pleines d'herbes aromatiques.

catalogue_chateaumontana-mini_4e259f4450537_.jpg

Ce petit cours de toponymie pour vous expliquer - pour autant que vous croyiez à un quelconque effet terroir - qu'un vin des Aspres présente tout naturellement un profil différent de celui d'un vin de Vingrau ou de Lesquerde. Souvent un peu plus rude, un peu plus rocailleux, un peu plus épicé (encore que).

Oui, mais ce Montana n'en montre pas grand chose. Beaucoup de syrah, beaucoup de bois, beaucoup de cuir, de fumé. En bouche, c'est assez rond (malgré la chaleur de l'alcool), plutôt bien travaillé. Mais cela manque un peu de matière en regard de toute cette sauce. Et quant à dire d'où vient le raisin...

Ce n'est pas un mauvais vin, non, on sent qu'il y a un vrai travail d'oenologue mais je reste quand même sur ma soif... d'identité!
 

00:03 Écrit par Hervé Lalau dans France, Roussillon | Lien permanent | Commentaires (9) | | | |