15 décembre 2013

La Tour de By, Cuvée Héritage Marc Pagès 2011

Déguster un vin de La Tour de By me ramène irrésistiblement à une soirée sur place, à la fin des années 2000.
Et à mon hôte, Marc Pagès, un grand Monsieur du vin, disparu depuis.

J'ai déjà eu l'occasion je pense, de vous dire le respect que j'avais pour celui qui aura vécu plusieurs vies - le jeune agronome en Tunisie, le soldat de la deuxième DB, l'exproprié de Tunisie, le refondateur de La Tour de By. Un homme de devoir. Un homme de convictions. Un homme comme on n'en fait plus beaucoup.

Le vin que je vous présente aujourd'hui est justement une cuvée à sa mémoire: Héritage Marc Pagès. Le millésime: 2011.
Bien sûr, c'est jeune. Le bois n'est pas encore fondu. Les fruits noirs s'estompent derrière le cacao.
Mais quelle carrure! Les tannins sont bien présents mais assez lisses.

IMG_3330.jpg

La texture est fluide, le vin coule de source comme un petit concerto de musique baroque. Corelli, ou non, Telemann, plutôt. Musique de table, bien sûr. C'est précis, mais pas précieux.
La puissance est là, mais contenue, civilisée;  l'émotion est là, aussi.
Austère, le Médoc? Vous voulez rire!

Ah oui, j'oubliais.

En théorie, on devrait jamais laisser un souvenir influencer une dégustation. Mais pour Marc Pagès, je ferai une exception. Et pour ses petits fils Frédéric et Benjamin, qui ont eu la bonne idée de lui dédier ce vin. Et de le réaliser, à partir des plus vieilles parcelles du domaine (80% cabernet-sauvignon, 20% merlot).

Respect.

00:31 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

13 décembre 2013

La citation du jour... est de Paul Claudel

"Le vin est le fils du soleil et de la terre, mais il a eu le travail comme accoucheur. Comme les grandes œuvres et les grandes pensées, il ne sort pas du pressoir tout prêt à être englouti par un estomac avide et distrait. Il lui faut la collaboration de l'art, de la patience, du temps et de l'attention. Il lui faut un long séjour dans la nuit pour arriver à ce chef-d'œuvre de saveur où le cerveau trouve autant d'émerveillement que le palais".

Paul Claudel, Bruxelles, 1935

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Vins de tous pays | Tags : claudel, vin, citation | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |