25 avril 2016

Terrasses du Mourel Prestige, Saint Chinian 2013

Encore une surprenante cuvée de coopérative, dégustée (et appréciée) à l'aveugle lors de la semaine Terroirs & Millésimes en Languedoc, à début de ce mois: Les Terrasses du Mourel, un Saint Chinian de la Cave de Roquebrun.

Son fruit bien mûr semble nous emmener vers les délices un peu capouesques de l'alcool, sa belle fraîcheur ert ses épices en bouche nous extraient de cette langueur potentielle; avant que, pour finir, l'étincelle d'une pierre à fusil nous électrise les papilles. Ce vin cajole et secoue à la fois.

La texture est serrée, et si c'est le Mouvèdre qui joue les solos dans cette partition, c'est l'harmonie du tout, l'orchestration qui séduit. Jolis tannins présents mais bien polis, comme il sied à tout languedocien de bonne extraction.

IMG_8931.jpg

 

Cave de Roquebrun

 
 

08:54 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : roquebrun, saint chinian | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

24 avril 2016

Shakespeare, dites vous?

Alors que le Royaume-Uni fête les 400 ans de la mort de Shakespeare - ce qui n'empêche pas certains de se demander s'il a vraiment existé, moi, trivialement, je me demande s'il a jamais vraiment existé... dans la culture française.

A part quelques noms, Hamlet, Romeo et Juliette, et une phrase: "Etre ou ne pas être, là est la question", qu'avons-nous retenu de son oeuvre?

Pas plus, en définitive, que nos amis anglais n'ont retenu des Fables de La Fontaine ou des pièces de Molière.

Ou des oeuvres de Cervantès, mort le même jour que Shakespeare.

Ceci pour dire que la Culture d'un pays - avec un grand C - reste très marquée par sa langue.

search.jpg

Je me demande si cela influe sur les goûts des différents pays en matière de vin?

Bien sûr que oui!

Les Britanniques ont été à l'origine d'un bon nombre de grands vins dans le monde - sans eux, pas de Bordeaux, pas de Porto, pas de Marsala, pas de Sherry - le terroir, c'est peut-être très beau, potentiellement, mais sans de bons commerçants, des gens disposés à prendre le risque d'acheter les vins, de les transporter, de les faire connaître sur d'autres marchés, point de salut!

Cette histoire marque toujours la consommation de vin des sujets de sa Gracieuse Majesté - ils sont plus éclectiques que les Français, souvent plus pragmatiques, aussi.

Mais me voici pris en flagrant délit de généralisation. Comme il doit bien y avoir quelques amoureux de Shakespeare en France, il y a très certainement quelques buveurs d'étiquettes en Angleterre!

08:47 Écrit par Hervé Lalau dans France, Grande-Bretagne | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |