16 janvier 2014

Boisset, Duboeuf et le Cellier des Saint-Etienne s'associent

B pour Boisset, C pour Cellier des Saint-Etienne et D pour Dubœuf, tel est l'attelage inattendu de BCD Développement, une structure commune aux trois groupes, dont l'objet est l'achat de vignobles. Notamment de vignobles d'adhérents du Cellier des Saint-Etienne, à Saint-Etienne des Oullières (Rhône), qui compte aujourd'hui 240 coopérateurs.

Une fois rachetés, ces vignobles seraient restructurés en lots d'une quinzaine d'hectares.

Les deux négociants s'assurent des approvisionnements, la coopérative des débouchés. Un contrat d'achats de raisins a été signé entre eux pour 5 ans.

 

08:57 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, Bourgogne, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Du déterminisme à l'école et dans la viticulture

Vincent Peillon: «Le but de la morale laïque est d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel».

471px-Vincent_Peillon_le_1er_juin_2012_au_rectorat_d'Orléans.JPG

Vincent Peillon, ministre de la morale laïque (Photo: Rectorat 45)

Difficile de dire quelle mesure M. Peillon, fils de banquier communiste, descendant d'une longue lignée de militants, et d'ascendance juive alsacienne par sa mère, a lui même souffert du déterminisme auquel il prétend arracher nos enfants. Morale laïque ou pas, il semble dans le droit fil de leurs engagements.

Mais là n'est pas ma question principale.

Dans ce cadre de pensée, je me demande s'il y a encore une place en France pour des appellations d'origine? Dire qu'un vin est d'ici, n'est-ce pas du déterminisme géographique? Voire ethnique?

Si un parent d'élève ne peut se revendiquer Berrichon ou Niçois, Catholique, Juif ou Musulman, lettré ou analphabète sans risquer d'obérer gravement les chances de développement de sa progéniture, si le fait de vouloir transmettre des valeurs familiales comme l'attachement à sa langue, à son histoire, à ses traditions locales, à une certaine conception de la famille... est critiquable, comment un vigneron peut-il revendiquer un terroir, comment un vin peut-il être "né quelque part"?

De plus, dire qu'un grand cru est meilleur qu'un simple vin de table, c'est établir un jugement de valeur, c'est défier la notion selon laquelle les vins, comme les hommes et les femmes, naissent libres, égaux, et éventuellement médiocres.

Alors il faut choisir. Peillon ou Peynaud. J'ai choisi. Sans doute un déterminisme familial.

 

 

06:35 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |